Justice League tome 1- Aux origines (Jeudi comics)

Justice-League-tome-1

Série: Justice League
Tome: 1
Titre: Aux origines
Scénariste: Geoff Johns
Dessinateur: Jim Lee
Encreurs: Scott Williams, Sandra Hope, Batt, Mark Irwin
Coloristes: Alex Sinclair, Gabriel A. Eltaeb, Tony Avina, Hi-Fi
Editeur VF: Urban Comics
Editeur VO: DC Comics
Date de publication VF: Mai 2012

 

 

 

En Septembre 2011, l’éditeur américain DC Comics a décidé de relancer toute sa gamme. Comme il y a près de 30 ans, et l’évènement Crisis on Infinite Earthes, DC a estimé que son univers méritait une remise à zéro pour permettre une meilleure compréhension des intrigues globales, des personnages. Ce ne sont pas moins de 52 titres mensuels qui sont repartis au numéro 0. Avec de nouvelles histoires, de nouveaux passifs et de nouveaux designs pour les personnages. On les connaît tous, mais pourtant ils ne sont pas exactement comme avant.

Il y a cinq années de cela, aux Etats-Unis, ont commencé à apparaître des hommes et femmes costumés dotés de pouvoirs défiant les lois de la physique. Certains sont de simples légendes urbaines, d’autres ont acquis une première notoriété publique. Ces phénomènes isolés vont pourtant se rejoindre. A Gotham City, Batman poursuit une étrange créature, mélange de technologie et de biologie. Alors que la police s’en prend à lui, il est protégé par un Green Lantern, un homme porteur d’un anneau émettant une lumière aux capacités fantastiques. La créature est arrêtée alors qu’elle implantait dans les égouts un artefact éloigné de tout critère humain. Les deux justiciers décident de se rendre à Metropolis pour essayer d’y trouver un des rares extra-terrestres présents sur Terre: le dénommé Superman.

J’ai essayé cette série dans le magazine DC Saga lancé fin Mai par Urban Comics. Je n’ai pas été convaincu par la qualité des séries proposées, alors j’ai utilisé l’opportunité offert par le jeune éditeur, celle d’éditer la grande série de chacun de leur magazine en format librairie. Soit les six premiers chapitres de cette nouvelle série. Soyons honnête, c’est tout sauf de la grande réflexion métaphysique sur la condition super-héroïque. Mais ce premier arc narratif propose de mettre en scène les plus grands héros de ce nouvel univers et d’identifier plus facilement leurs nouvelles incarnations. C’est donc une excellente porte d’entrée dans le New 52, et un divertissement efficace. Ces premiers épisodes mettent en scène le tyran cosmique Darkseïd. Il fallait bien un super-vilain de grande ampleur pour amener tous ces justiciers isolés à agir de concert. Geoff Johns met donc en scène leur rassemblement, et leur lutte contre ce puissant ennemi commun. Cela permet aussi de tisser les premières relations entre héros. Green Lantern est maintenant un véritable chien fou arrogant, là où Flash serait un Saint-Bernard. Batman assume toujours bien son rôle de tacticien et son humanité face aux autres puissants héros. Superman est désormais un badboy qui ne se laisse pas faire et qui ne craint pas de s’en prendre à l’armée américaine. Wonder Woman met bien en avant son statut de demi-déesse tirée de l’antiquité grecque. Restent Aquaman et Cyborg, deux persos moins connus et encore peu exploités dans cette première partie.
Pour ma part, je préfère lire ces épisodes d’une seule traite. Avec son grand spectacle, le scénariste propose des planches qui se lisent très vite. A raison de 20 pages par mois, je crains que cela n’eut été un peu lent. Avec cet ouvrage, le plaisir est optimal.
C’est Jim Lee qui assure la partie graphique, celui qui a supervisé la nouvelle charte graphique de tous les personnages du New 52. Auteur très apprécié et très réputé pour son trait grand public, on peut dire tout de même qu’il ne donne pas là la pleine mesure de son talent. Ses planches lors de Batman Hush étaient nettement plus travaillées. Parfois, on a le sentiment au détour d’une case d’un certain bâclage. D’ailleurs, le dessinateur ne restera guère plus d’un an sur la série, preuve qu’il a tout de même du mal à fournir 20 planches par mois. Un exercice de plus en plus difficile pour les auteurs de comic book américain. Jim Lee reste d’une lecture très agréable, très accessible au lecteur néophyte. Les amateurs d’un trait un peu plus personnel et underground ne sont pas sur la bonne série.

Je lirai sans nul doute le tome 2 lorsqu’il sortira dans quelque mois. Pour l’instant, il me permet de faire l’impasse sur 5 magazines, et d’économiser au total un peu plus de 10 euros. Cette politique d’Urban Comics me plaisait beaucoup lors de son annonce et je confirme qu’elle est très pratique dans les faits. Pour ceux qui ne veulent lire que l’essentiel de cet univers, qui ne souhaitent pas tout connaitre et se réserver pour des histoires particulières, c’est absolument parfait.

Justice-League-tome-1_-plancheLogo top bd16/20

4 réflexions sur “Justice League tome 1- Aux origines (Jeudi comics)

  1. PG Luneau Il y a 1 an

    C’est étrange : autant ce «renouveau» m’offre un timing parfait pour débuter dans le monde des superhéros, autant ce que tu en dis ici ne m’allume pas du tout! Le gros méchant Super
    vilain, si puissant que même deux ou trois superhéros surpuissants sont incapables de le coincer et qu’il faille se mettre à sept ou huit pour ce faire!? J’ai tellement de la difficulté à y
    croire que je suis à peu près certain de décrocher au bout de quelques pages. Dommage, car j’aimais bien ces regroupements de héros, en dessin animé, quand j’étais enfant! Tempus fugit, y faut
    croire!

  2. Yaneck Chareyre Il y a 1 an

    En fait, tu dis ne pas aimer le concept même de la série, voir de toute équipe de super-héros.

    Parce que rassembler des gens puissants, dans n’importe quelles circonstances, ce n’est pas pour glander en tongs. Tu rassembles dix génies, tu ne leur fais pas faire des photocopies, tu les mets
    sur un vaccin contre le Sida, ou un sérum anti-vieillissement… Il faut des défis.

  3. PG Luneau Il y a 1 an

    Justement! Les deux défis que tu proposes là sont déjà cent milles fois plus intéressants et originaux que l’idée du supermégavilain qui veut… devine quoi??? Gouverner le Monde!!!!! (Et puis,
    qu’est-ce que ça peut bien vouloir dire, ça, Gouverner le Monde???)… Conclusion : tu devrais devenir scénariste!! 😉

  4. Yaneck Chareyre Il y a 1 an

    J’ai essayé, ça n’a pas marché.

    Hey, garçon, c’est du super-héros mainstream, faut pas s’attendre à des révolutions. Si tu veux du super-héros décalé, va donc lire The Boys ou Irrécupérable, ce sera plus adapté à tes attentes
    je pense. Et ce sont des bonnes séries.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s