Luuna tome 7- La source du temps (Semaine auteurs grenoblois)

Luuna-tome-7

Série: Luuna

Tome: 7

Titre: La source du temps

Scénariste: Didier Crisse

Dessinateur: Nicolas Keramidas

Coloriste: Cyril Vincent

Editeur: Soleil

Date de publication: Septembre 2011

 

Nicolas Keramidas fait partie des auteurs grenoblois de premier plan, c’est donc par lui que se termine cette semaine à thème. Face au « classique » Verron, Keramidas représente lui la « jeune » génération qui réussit. Sa série Luuna, scénarisée donc par le solide Didier Crisse, tient ses promesses depuis 8 ans. Au delà de ces sept tomes, on peut compter aussi deux albums hors-séries, dont un que vous trouverez en lien au bas de cet article. C’est donc une belle réussite, chez un éditeur où la concurrence est rude.

 

Luuna va quitter le vieux continent pour retrouver le nouveau-monde. Il est temps pour elle de faire face, et d’engager l’ultime combat contre Unkui le dieu du mal. Alors qu’elle s’est trouvé quelques alliés humains, les forces de la nature, elles aussi, se préparent à l’affrontement, afin de pouvoir soutenir pleinement Luuna dans cet ultime défi. Ce combat troublera jusqu’à l’essence même de l’espace et du temps.

  

Sommes-nous en présence du dernier tome de cette série, telle est ma question. Attention, je vais révéler la conclusion de l’album, passez votre chemin si vous voulez vous préservez la surprise.

 

 

 

Car le scénariste, Didier Crisse, ose user d’un stratagème peu employé en bande dessinée, celui du voyage temporel qui annule tout.

Oui, à la fin de ce tome sept, tout redevient PRESQUE comme au début du tome un. C’est déroutant, car cela interroge sur les suites à donner. D’une certaine façon, on souhaiterait qu’il n’y en ait pas, de suite. Puisque Luuna est parvenue à réparer ce qui n’allait pas, à mettre fin à sa malédiction et à retrouver sa tribu, on peut estimer qu’une boucle a été bouclée, et qu’il n’y a pas nécessité d’aller plus loin, de proposer de nouvelles  aventures. Du moins, le souhaiterait-on pour le personnage principal, qui a bien souffert au court des six autres albums. Ainsi, continuer la série sur ce nouveau statuquo demanderait un scénario des plus convaincant pour ne pas venir casser la conclusion apportée dans ce septième album. Je ne connais pas les plans des auteurs, peut-être Nicolas Keramidas nous en dira-t-il quelques mots s’il vient lire cette chronique.

Keramidas, justement, le dessinateur. C’est donc lui la raison pour laquelle je vous propose cette chronique ce jour. J’aime beaucoup ce qu’il fait. Il a un trait rond, délicat, drôle et touchant. Des qualités qui conviennent bien à des séries jeunesses, mais qui ne lui interdisent aucun public. Il me semble voir toutefois en cet album-ci, un peu plus de nervosité dans le dessin de Keramidas. Une utilisation plus récurrente des hachures, une attention moins grande portée aux visages, et plus à la dynamique des cases. Ce ne sont que des ressentis, mais je perçois son trait un peu différent du Luuna tome 6, et clairement de son album suivant, Alice.

 

Si c’est un album de conclusion, alors celle-ci est osée et rare, donc on peut en féliciter le scénariste. On aurait vraiment envie que les péripéties de Luuna s’arrête là, qu’elle continue de vivre en paix avec son peuple.

Mais ce que nous savons de l’Histoire, et cette allusion finale aux Comanches, ne vont-ils pas amener le duo à continuer sur un huitième album?

Luuna-tome-7_-planchetopbd_201315.5/20

3 réflexions sur “Luuna tome 7- La source du temps (Semaine auteurs grenoblois)

  1. PG Luneau 01/07/2012 14:49

    J’ai bien aimé le premier cycle de cette série… Mais comme je n’ai pas lu les tomes #6 et 7, j’ai sauté ton paragraphe avec les spoilers (merci d’avoir prévenu tes lecteurs!). Je m’y
    mettrai sûrement dès que je tomberai dessus, car j’aime autant le contexte fantastiquo-précolombien que Crisse a mis en place que le dessin de votre talentueux Grenoblois! Très bon choix pour
    clore cette belle semaine!

  2. Carole 01/07/2012 15:28

    Je me suis arrêtée au tome 5, que j’avais lu car il s’agissait de la fin du cycle. Je me suis jamais remise de la nullité du quatrième tome, c’était un vol à main armé (comme j’aime le dire),
    tellement c’était vide scénaristiquement parlant. Personnellement, j’ai toujours trouvé le scénario de Crisse bien en dessous du talent de dessinateur de Keramidas – qui donne tout l’intérêt à
    cette série à mes yeux.

  3. Lunch 02/07/2012

    Pareil, j’ai profité de la « fin de cycle » pour m’arrêter là. J’aime beaucoup plus ce que fait Keramidas (j’ai 1an 365 jours à la maison, un travail de fond et de longue haleine publié sur un
    format petit livre bien engageant ; selon l’auteur son travail le plus précieux, et je le comprends) que les oeuvres de Crisse. D’ailleurs le bonhomme m’est paru antipathique au possible lorsque
    je l’ai vu en dédicace, contrairement à Keramidas, enjoué.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s