La Perspective Nevski (Semaine auteurs grenoblois)

La-perspective-nevski

Titre: La perspective nevski
Auteur: Tommy Redolfi
Editeur: Paquet
Date de publication: Janvier 2005
D’après l’oeuvre de Nicolas Vassiliévotch Gogol

 

 

Redolfi m’était tout simplement inconnu, avant que je ne mène l’enquête sur les auteurs grenoblois, et que Nicolas Keramidas me suggère son nom. Moins mis en avant que ce dernier, et que le classique Verron, Redolfi possède néanmoins un style particulier qui va lui permettre de trouver une place certaine dans le monde de la bande dessinée.

Saint Petersbourg, à la fin du 19e siècle. Les habitants de la ville sont très fiers de la perspective de cette gigantesque avenue. Un lieu où chaque couche de la société passe à son tour, sans trop se mélanger. Et où certaines rencontres peuvent vous faire perdre la tête. Car les promesses sont souvent des mensonges, sur la perspective Nevski.

Encore une adaptation littéraire dont je ne connais pas l’œuvre originale. Tant pis, je peux donc juger de cet album en particulier.
Qui a du se trouver un public indéniablement, mais un public d’amateurs éclairés, tant le graphisme et le récit sont particuliers. Le graphisme d’abord. Il est intéressant en ceci que Redolfi bâtit ses personnages comme des masques de carnaval. Ces grandes têtes surdimensionnées qui se baladent entre les chars… Par la forme, par le volume, j’ai immédiatement pensé à une telle mise en scène. On pourrait parler de théâtre de Guignol aussi. Et cela tombe bien, les personnages sont placés sur une scène, et ils ont une représentation à mener. Avec ces figures grotesques, effrayantes, une distance se crée entre le lecteur et les personnages. On les voit avancer, vivre, mais on sent que quelque chose n’est pas vrai. D’ailleurs, la couverture traduit bien cette idée de marionnettiste, de représentation. Le style graphique de Redolfi exprime des choses, entre en résonnance avec le scénario. Seul petit reproche, sur le dessin, les parties rêves qui sont mal identifiées. Mais peut-être ce doute est-il volontaire.
Je vous disais donc que le style était au service de l’écrit. Nous suivons donc deux personnages, deux amis. Un Lieutenant de l’armée du Tsar et un peintre. Tous deux ont rencontré une femme sur la perspective, en même temps. Ils se séparent pour suivre chacun leur propre envie, leur propre feu follet. Avec des fortunes diverses. Le peintre tombe amoureux d’une prostituée, le lieutenant s’en amourache d’une femme mariée. Comme je vous le disais en présentation, il faut faire attention aux faux-semblants, sur la perspective Nevski. On assiste à leur deux déchéances, irrémédiable, évidente, qu’ils sont les seuls à ne pas entrevoir. Mais les hommes sont menés par leurs pulsions, et l’amour rend aveugle dit-on. Ou fou, peut-être, pour ces personnages là.

Voici donc une œuvre étonnante, particulière, à l’ambiance soigneusement travaillée pour cultiver un certain malaise présent de bout en bout de l’histoire. C’est une bonne découverte pour moi, d’un auteur exigeant et réfléchit.

La-perspective-nevski_-plancheLogo top bd16./20

2 réflexions sur “La Perspective Nevski (Semaine auteurs grenoblois)

  1. PG Luneau Il y a 1 an

    Vraiment très particulier, en effet! Son style me rappelle beaucoup celui d’un illustrateur québécois de livres pour enfants qui a beaucoup travaillé dans les années 80-90 : Richard
    Parent. Ceci étant dit, je ne suis pas sûr que j’y prendrais goût pour autant! C’est original, j’en conviens… mais est-ce que j’aime l’originalité à ce point?? Je n’en suis pas sûr!!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s