Astérix tome 14- Astérix en Hispanie (Lundi classique)

Asterix-en-Hispanie

Série: Une aventure d’Astéris le Gaulois
Tome: 14
Titre: Astérix en Hispanie
Scénariste: René Goscinny
Dessinateur: Albert Uderzo
Editeur: Editions Albert-René
Date de publication: 1969

 

 

Goscinny et Uderzo ont toujours eu le chic pour proposer des personnages secondaires savoureux et mémorables. Tel est le cas du petit Pépé, fils du fier chef hispanique Soupalognon y crouton. Cette aventure repose beaucoup sur sa personnalité.

Jules César en ayant fini avec la Gaule (en dehors de ce petit village qui résiste encore et toujours à l’envahisseur), il s’est attaqué à l’Hispanie. Mais alors qu’il pensait sa campagne militaire terminée, ne voilà-t-y pas qu’un petit village de met à résister encore et toujours à l’envahisseur? Afin d’éviter que ce refrain connu ne s’essaime trop, Jules fait enlever le fils du chef du village, et l’envoi le plus loin possible, dans le camp retranché de Babaorum en Armorique. Mais bien entendu, l’otage se fait libérer par les pires personnes au monde pour les romains: Astérix et Obélix.

Il est important de resituer dans le contexte cette album. Les années 70 furent celle de l’Espagne eldorado pour les touristes français. Le taux de change y était très favorable, et les prix très bas. Les français s’en firent donc une nouvelle résidence secondaire. Goscinny joue de tous les clichés sur les touristes sans gêne. Critiques sur les prix, sur la cuisine, sur les routes. Embouteillages monstres pour passer la frontière. Même quelques petites piques sur les « caravaners » de l’époque. Bref, les lecteurs des années 70 pouvaient se reconnaître pleinement dans cet album. Par contre, on peut noter que le scénariste a soigneusement évité toute connotation politique. Rien sur Franco, alors que le personnage était encore frais. C’est dommage. Et puis, comme je le disais, il y a Pépé, le petit garçon. Le petit homme. Insupportable, capricieux, et incroyablement attachant.
Graphiquement, rien à redire, c’est du bon Uderzo. Son trait est devenu efficace, c’est celui qu’on connaît et qu’on aime.

C’est toujours un plaisir de relire un de ces vieux albums d’Astérix. Le duo d’auteur est à son meilleur niveau. Que dire de plus?

Logo top bd16.5/20

 

4 réflexions sur “Astérix tome 14- Astérix en Hispanie (Lundi classique)

  1. PG Luneau Il y a 2 ans

    Pas mon préféré, mais un très bon. Il est vrai que pour nous, Québécois, les clins d’oeil aux travers des Espagnols et des touristes français en Espagne n’ont pas une puissance d’évocation
    aussi forte : tu as bien fait de souligner le contexte socio-historique dans lequel l’album est paru initialement! Mais depuis que j’ai visité l’Espagne et le Portugal, j’avoue que cet album a
    gagné encore quelques étoiles à mon palmarès… sans toutefois que Pépé, que j’ai toujours trouvé trop désagréable pour l’apprécier vraiment, n’y soit pour quelque chose!

  2. Yaneck Chareyre Il y a 2 ans

    Je ne suis pas toujours un grand fan des petites pestes. Généralement, même, ça m’insupporte. Mais celui-ci, il est bien passé. Pour une fois, ses sourires d’enfant m’ont fait craquer. ^^

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s