L’assassin qu’elle mérite tome 1- Art nouveau (La bd du Mercredi)

L-assassin-qu-elle-merite-tome-1

Série: L’assassin qu’elle mérite
Tome: 1
Titre: Art nouveau
Scénariste: Wilfried Lupano
Dessinateur: Yannick Corboz
Coloristes: Yannick Corboz, Catherine Moreau
Editeur: Vents d’Ouest
Date de publication: Septembre 2010

 

 

Vienne, 1900… Ville de tous les excès, des artistes  bien en vu, des riches dilettantes, et de la pauvreté crasse du caniveau. Victor est de ces derniers. Adolescent, fils de tailleur de pierre qui a perdu sa main au travail, il aide sa famille en vendant des fleurs dans la rue. Mais Victor va faire la rencontre d’Alec, un riche bourgeois qui s’est découvert une lubie, faire un art réellement contestataire de la société, mais rien d’aussi guindé que les peintres fats. Non, Alec veut transformer un pauvre gentil, en ce que la société craindra le plus. Et sur son chemin, il trouve Victor, qui va parfaitement lui convenir. L’artiste va lui faire goûter au luxe et au plaisir sans limite. Mais seul Victor croit que cela sera sans coût pour lui.

Cet album, sans être complètement convaincant, me semble porteur d’une idée assez forte. Le scénario s’avère plus complexe qu’il n’y semble au premier abord, et je pense que Wilfried Lupano réalise une critique acide de notre société actuelle, en parlant de l’Autriche du début du XXe siècle. Il me semble qu’il y a une métaphore à découvrir, à travers Victor et Alec. Celle d’un monde où ceux qui n’ont rien se voient promettre le bonheur par la consommation exacerbée et le luxe, et tombent dans la délinquance pour se conformer à cette image du bonheur. Et c’est à mon sens le mal dont souffre notre société. Je ne dis pas qu’il faut renoncer à tout rêve, et savoir rester à la place qui est la sienne, ce n’est pas ma pensée. Le rêve est important, et le désir de progrès me semble une excellente chose. Mais la société capitaliste actuelle crée un bonheur frustrant et inatteignable, oppressant, qui pousse les plus faibles aux pires méfaits pour parvenir à goûter eux aussi à ce bonheur. Victor vit exactement cela. Alec lui offre le libre et total accès à une maison close, dans laquelle Victor tombe amoureux d’une des filles, et lui coupe soudainement et volontairement les vivres. Drogué par se bonheur illusoire et faux, Victor va tout faire pour regagner l’accès à ce qu’il a perdu. Comme un drogué. Le culte de la surconsommation est une drogue à part entière. Mais il n’y a pas grand monde pour appeler à lutter contre.
Je n’aurai qu’un seul reproche, sur le scénario, c’est qu’il ne met pas assez en avant la comparaison des deux mondes, quand Victor goûte au luxe. On comprend pourquoi il pète les plombs à la fin, mais c’est plus une question de principe. Si on avait plus vu ses difficultés à vivre parmi les siens après ses passages à la maison close, je pense que le personnage aurait été encore plus convaincant par la suite. Une représentation case contre case, aurait peut-être eu de l’intérêt pour montrer le cheminement du personnage.
Wilfried Lupano est accompagné de Yannick Corboz au dessin. Il possède un je ne sais quoi qui ne me convient pas complètement. Peut-être un trait légèrement trop caricatural parfois, sur les visages, qui fait perdre en humanité Alec, et qui l’écarte de la monstruosité ordinaire dont il fait preuve. Rien d’insurmontable cependant.

Ce premier tome s’avère très contradictoire dans les sentiments qu’il procure, mais je vais préférer retenir la profondeur de son scénario. Il fait mine de, ne se livre pas au premier abord et pourtant recèle une modernité cruelle.
Je regarderai le tome 2 avec attention pour voir comment la société obtient l’assassin qu’elle mérite.

 

 

Ils en ont parlé: Samba BD, Scénario, BD Gest,

L-assassin-qu-elle-merite-tome-1_-planche

Logo BD Mango orangeLogo top bd16/20

7 réflexions sur “L’assassin qu’elle mérite tome 1- Art nouveau (La bd du Mercredi)

  1. Arsenul Il y a 2 ans

    Intéressant, une idée qui demande à être étoffé c’est certain. Les dessins ont l’Air très bien, J’aimera avoir un intégral du premier cycle…

  2. PG Luneau Il y a 2 ans

    L’idée me semble intéressante… Elle me rappelle un peu le Journal de Dorian Gray, à cause du côté un peu tordu de «l’expérience». Le dessin me plait assez bien, de même que l’époque.
    Je m’y risquerais peut-être… mais non sans avoir lu ton avis sur la suite!

  3. Yaneck Chareyre Il y a 2 ans

    Oui, mais elle n’est pas sortie… Ceci dit, j’avoue, je m’enflamme peut-être… Prudence n’est pas idiotie, pour cet album.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s