Les ignorants (Semaine Gastronomie)

Les-ignorants

Titre: Les ignorants
Auteur: Etienne Davodeau
Editeur: Futuropolis
Date de publication: Octobre 2011

 

Alors que la publication de Lulu femme nue tome 2 est imminente, Etienne Davodeau se lance dans un nouveau projet: mettre en image le regard croisé de deux professionnels, Luc Leroy, un ami à lui viticulteur et producteur de vin, et lui-même, auteur de bande dessinée, sur leurs travaux respectifs. Luc veut découvrir toute la chaîne de production du vin, de la taille à la vente, et propose à Luc de découvrir le monde des auteurs bd. Le pari est lancé, et les ignorants retracent donc cette expérience, ces multiples découvertes des néophytes qu’ils sont tous deux pour le domaine de l’autre.

Le cru 2011 Davodeau est exceptionnel, comme le vend le bandeau qui recouvre l’album. C’est une superbe enquête qu’il nous propose, dans la lignée des Mauvaises Gens, ou de Rural, mais à un niveau de maîtrise bien supérieur. Les années passées ont visiblement permis à l’auteur de plus développer son reportage. Les deux albums précédents du genre étaient assez courts, là Davodeau prend son temps, assume son choix « scénaristique », et nous emporte avec lui dans cette double découverte. Cet album, malgré sa taille, est véritablement ouvert au plus grand nombre. Le dessin simple mais expressif et détaillé de Davodeau ne devrait rebuter personne, et les deux lignes du livre, le vin et la bd sont abordées de telle façon qu’on peut être néophyte dans l’un et l’autre et y trouver tout de même de l’intérêt, et sans doute du plaisir. Pour qui connaît bien l’un, l’autre, ou les deux, c’est le carton plein. Je commence à bien connaître le monde de la bd, mais encore peu celui du vin, et j’ai adoré cette promenade.
Je chipoterai sur un ou deux aspects tout de même, malgré la très grande qualité de cet album. Pour ma part, je trouve que l’album consacre plus de place au vin qu’à la bande dessinée. On assiste à toutes les étapes de la production de l’alcool, mais ce n’est pas le cas pour la BD. Il n’y a rien, par exemple, sur le travail de Davodeau sur sa planche à dessin. Scènes sans doute trop statiques, mais qui à mon sens auraient mérité d’êtres présentées rapidement. Les rencontres avec les auteurs viennent apporter du sens, de la réflexion sur la solitude de l’auteur, mais je trouve qu’il manque un petit quelque chose sur le processus créatif. Mais vraiment, je cherche la petite bête, car tout cela s’avère bien intéressant. J’ai apprécié de lire la rencontre avec Marc Antoine Matthieu, un auteur dont j’ai un peu de mal à apprécier l’œuvre, mais qui revendique cette difficulté d’accès, ce souhait de ne pas s’adresser au plus grand nombre, et ça me permet d’aborder plus sereinement mon rapport à son travail.
Dans sa présentation du travail de Luc Leroy, rien à redire. Ca parle terroir, respect de la terre, ça parle des doutes et des recherches des vignerons modernes. Sulfates ou pas? Traitement de la vigne, à quel degré? Un vin est-il bon à boire par principe même? Il me semble qu’on trouve bien les questionnements actuels, et l’esprit même du vin dans ces pages. Davodeau a sélectionné un très bon sujet d’étude, Luc Leroy, qui se paye en plus le luxe d’être un brin iconique, dans son apparence d’ours hivernal.

J’avais très envie de lire cette bande dessinée, maintenant que cela est fait, j’en suis vraiment ravi. Le gourmand du vin que je deviens est totalement satisfait, et le passionné de bd tout autant. Incontestablement, Les ignorants fait partie des meilleurs albums de l’année, et son auteur montre une fois encore l’importance qu’il prend dans la production bd française. Cette force de conviction qu’il transmet par ses écrits, mériterait de le voir récompensé à Angoulême. A quand un Davodeau Grand prix du festival?

Les-ignorants_-planchetopbd_201318/20

Publicités

12 réflexions sur “Les ignorants (Semaine Gastronomie)

  1. PG Luneau Il y a 1 an

    Même si je ne bois pas de vin (bah oui, ça existe, des gens comme moi… on est deux ou trois sur la planète!! ),
    je vais sûrement succomber bientôt face à tous ces fabuleux commentaires sur cet album… En fait, seul le prix me retient encore un peu… J’attendrai probablement de voir si je peux l’avoir en
    bouquinerie… ou en cadeau!

  2. Joelle Il y a 1 an

    J’avoue que j’avais abordé cette lecture un peu inquiète vu que je n’ai jamais été très emballée par ce que j’ai lu de Davodeau et que je ne bois pas de vin mais au final, j’ai été très
    agréablement surprise 🙂 Je peux donc dire que ce titre est devenu mon favori de cet auteur (même si ce n’est quand même pas un coup de coeur !)

  3. Yaneck Chareyre Il y a 1 an

    Intéressant. Moi c’est vrai que j’étais un beau coeur de cible, aimant le vin, Davodeau, et la bd. Mais je suis ravi de voir qu’il sait toucher au delà.

  4. Syl. Il y a 7 mois

    J’avais pris ton lien mais je n’étais pas venue te lire de peur d’être influencée dans mon billet. Et heureusement ! car ta chronique a de quoi donner des complexes !!! Je reviens de chez OliV,
    et pareil…
    Oui, c’est une bonne BD !!!

  5. Pingback: Les ignorants – Etienne Davodeau – Mille et une Frasques

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s