L’aigle sans orteils (Samedi Chronique)

L-aigle-sans-orteils

Titre: L’aigle sans orteils
Auteur: Christian Lax
Editeur: Dupuis
Collection: Aire Libre
Date de publication: Juin 2005

 

Juillet 1907. Amédée Fario trimballe des caisses jusqu’au nouvel observatoire du pic du midi, il est dans l’armée. Il y rencontre Camille Peyroulet, astronome, qui lui fait découvrir par hasard une aventure merveilleuse: le tour de France cycliste. Un an plus tard, quand vient l’heure de la quille, Amédée rentre dans son village, avec le rêve chevillé au corps de participer à court terme lui aussi au tour de France. Mais cela coûte de l’argent, alors pour gagner plus, Amédée se fait payer comme porteur pour le Pic du Midi. Il crapahute en montagne pour fournir aux scientifiques tout ce qui leur faut. Mais ce gagne-pain reste dangereux…

Bel album, que j’ai découvert suite à son apparition dans le top bd des blogueurs. Je connaissais Christian Lax déjà par Azrayen et le Choucas, mais je n’avais pas pris la peine de me pencher sur cet album-ci.
Graphiquement, d’abord, je note que l’auteur adopte un style plus clair, plus propre, que ce que j’avais pu lire de lui auparavant. Il a gagné en précision, en maîtrise, et si j’appréciais déjà le style avant, c’est encore plus le cas maintenant.
L’histoire, elle, est belle, indéniablement. Une histoire de courage, d’effort, d’abnégation, qui fait sans nul doute honneur aux coureurs du début du XXe siècle, avant que les laboratoires pharmaceutiques ne deviennent les véritables gagnants de ce monde où la triche et la dope sont le quotidien. Lax retransmet bien la difficulté que représentait une telle course à l’époque, à cause des vélos et des routes. C’était pire encore pour les candidats solitaires qui n’avaient le droit à aucune assistance. L’auteur ne le traite pas avec douceur, son héros, il ne lui épargne rien. Et le pire, c’est forcément la ligne de mire que représente la Première Guerre Mondiale à venir. Avec ces destins fauchés en vol par les intérêts des marchands d’armes et des militaires.

Je ne regrette pas ma découverte, c’est un bel album. Il est parvenu à m’intéresser à un sport pour lequel je n’ai aucune passion, c’est la marque des bonnes histoires.

 

Ils en ont parlé: Penn Ar Bed, VDjardin, Caro, Zazimuth.

L-aigle-sans-orteils_-planche

topbd_2013

16.75/20

4 réflexions sur “L’aigle sans orteils (Samedi Chronique)

  1. Véronique D 03/12/2011 08:40

    Moi non plus, je ne suis pas trop sport ni cyclisme… Mais cette histoire m’avait touchée… Bon WE!

  2. PG Luneau 03/12/2011 16:36

    Je ne l’aurais pas cru de prime abord, mais j’accrocherais peut-être aussi à celui-là. Je trouve que le dessin cadre tout à fait à l’époque, au style de récit (du moins, la planche que tu nous
    montres!). J’ouvrirai l’oeil, donc!

  3. Caro 04/12/2011 18:56

    Je suis contente qu’il t’ait plu, il y a une bonne ambiance dans cet album. Je l’ai acheté pour les élèves, j’espère que ça leur plaira, c’est de la BD de qualité, on verra bien après quelques
    temps sur le présentoir des nouveautés…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s