Blackbird (Mardi chronique)

Blackbird

Titre: Blackbird
Auteur : Pierre Maurel
Editeur : L’employé du Moi
Date de Publication : Avril 2011

 

Blackbird est à l’origine une série de six numéros auto-produits par Pierre Maurel, l’auteur. Devant les succès desdits fascicules, il a réussi à le faire publier sous la forme d’un volume relié regroupant les six numéros. Après cette introduction par vraiment introductive, venons-en au cœur du sujet.

Dans Blackbird, Pierre Maurel part d’une idée simple : et si le gouvernement supprimait la liberté d’expression ? En effet, dans un futur pas forcément si éloigné que cela, le gouvernement décide d’interdire l’auto-édition. Toute personne souhaitant publier une revue, un livre… devra passer entre les mains d’un éditeur (reconnu par le gouvernement) qui validera ou pas le projet à publier. Ce système permettant évidemment un contrôle des œuvres en interdisant celles dont le contenu ne plaira pas à l’éditeur (et par extension au gouvernement). Bien évidemment, ces changements ne vont pas plaire à tout le monde. Ce sera notamment le cas des créateurs du fanzine Blackbird. Ceux-ci décident de combattre le système et d’entrer en résistance…

Avant la lecture de Blackbird, je dois dire que je n’avais jamais entendu parler de Pierre Maurel. Si Blackbird est représentatif de son talent, alors il va falloir que je comble mon ignorance. Car ce livre est une œuvre que j’ai beaucoup aimé. Cette fiction est prenante. Le sujet de départ passionnant. En effet, il nous amène à réfléchir sur ce que serait un monde où la liberté d’expression n’existerait plus. La vision de l’auteur est très intéressante. Il nous propose de suivre un groupe qui va devoir se cacher, vendre sous le manteau, imprimer les exemplaires de leur fanzine dans des conditions incroyables. La délation est la règle. En un mot, c’est un monde assez effrayant. D’un point de vue graphique, c’est un style qui me plait. La narration est bonne.

Au final, on peut regretter que cette histoire soit close. J’aurais aimé en lire encore plus. Cependant, la fin est pour moi parfaite. Elle exprime bien le sentiment de l’auteur et du lecteur face à une telle situation. Je vous invite vivement à feuilleter chez votre libraire préféré cette bande dessinée. Elle vaut vraiment le détour. L’année 2011 n’est pas encore terminée, mais je sais déjà qu’elle sera dans mon top 5 Bande Dessinée Franco Belge.

 

Ils en ont parlé: Actua BD, Du 9, Benzine mag.

3 réflexions sur “Blackbird (Mardi chronique)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s