Retour au collège (Semaine Rentrée scolaire)(La bd du Mercredi)

retour-au-college

Titre: Retour au collège
Auteur: Riad Sattouf
Editeur: Hachette Littératures
Date de publication: 2005

Comme beaucoup, Riad Sattouf garde un souvenir mitigé de sa scolarité. Il retient plus volontiers les devoirs pas faits, les interros surprises et la boule au ventre du matin. Histoire de dédramatiser tout ça, il a décidé d’aller rencontrer des élèves de 3e pour en faire un bouquin, de son point de vue d’adulte. Mais plutôt que d’aller raconter la banlieue, Sattouf décide de se faire ouvrir les portes d’un collège haut de gamme, dans les meilleurs quartiers de Paris. Et ce n’est pas sûr que ce qu’il nous en rapporte soit plus rassurant que ce qu’il aurait rapporté d’une ZEP.

Voilà qui me réconcilie avec Riad Sattouf, dont je n’aime pas les Pascal Brutal. Là, il réalise un travail utile et intéressant, un reportage sur la jeunesse dorée de notre pays. Point de vue inhabituel, c’est certain. Et ce n’est pas tant sur les adultes, que la critique est acerbe, après tout, ils ressemblent à presque tous les profs de France, mais sur les enfants. L’auteur n’y va pas de main morte, et il croque tous leurs travers. Pour montrer, surtout, que ces établissements de qualité ne sont pas exempts de tous les ennuis que connaissent les collèges moins bien dotés. Racket, souffre-douleurs, phénomènes de mode, histoires d’amour, rien de neuf. Par contre, Sattouf pointe aussi des spécificités assez dérangeantes, et je pense notamment à une sexualité exacerbée pour des enfants de cet âge. Des 3e, j’en ai connus, des bisounours, des difficiles, et pourtant je n’ai jamais vu un tel ancrage sur le cul. Chez les mecs, principalement, mais aussi chez les filles, puisque Sattouf les montre avec le string bien souvent haut au dessus du pantalon. Des choses qu’on voit à peine dans les ZEP, avec attouchements, et surtout, banalisation. Rien ni personne ne vient sanctionner les garçons qui abusent des filles. Ca m’interpelle et m’intrigue. Faut-il y voir une caution de la société patriarcale, où l’Homme est maître des choses, et où donc ces actes deviendraient peu importants? L’auteur interroge, c’est indéniable. Bon, sinon, le rapport à l’argent est bien sûr infâme, surtout quand les gamins racontent qu’ils ne sont pas si riches, puisque les riches, eux, vont dans le privé. Quand on est de gauche, on est pris d’envies révolutionnaires, à cette lecture.
Retour au collège se base sur un trait assez instinctif de la part de Sattouf, on sent des croquis pris sur le vif, des idées jetées pendant la quinzaine passée avec eux, et ensuite remises en ordre. On ne l’attend donc pas sur sa maîtrise graphique, sur cet album, mais plutôt sur la spontanéité.

J’ai vraiment apprécié ma lecture. Comme je l’ai dit, c’est un point de vue inhabituel, qui permet aussi de relativiser ce que certains veulent mettre en avant comme des symboles. Il n’y a pas plus d’humanité dans ces établissements haut-de-gamme, que dans les ZEP. Et l’inhumanité, elle, toujours présente, ne fait que se manifester différemment. C’est marrant, un homme politique que j’apprécie vient récemment de dire que l’Ecole de la République était bonne pour les gosses de cité, comme pour les fils de riches. Cet album en est l’illustration. Enfin, l’illustration qu’il faut redonner la priorité à l’éducation, dans notre pays.

 

Ils en ont parlé: Krinein, Livres.ado, Audouchoc, Mitchul.

retour-au-college_-planche

Publicités

17 réflexions sur “Retour au collège (Semaine Rentrée scolaire)(La bd du Mercredi)

  1. Belzaran21/09/2011 07:31
    Une lecture intéressante en effet.

    Par contre, la sexualité exacerbée en 3ème, les strings qui dépassent et tout le reste, c’est tout à fait ça.

  2. soukee21/09/2011 09:17
    Intéressant cette idée de reportage en BD. Avant « Rural » de Davodeau, je ne connaissais pas. Moi qui bosse en lycée, je ne peux qu’aller dans ton sens quant à la sexualisation des rapports
    adolescents et leur banalisation. Cela ne fait pas si longtemps que j’ai eu mon bac et que je ne suis plus au lycée, mais j’ai l’impression qu’un gouffre me sépare de cette nouvelle génération. Ca
    fait peur, mais je pense qu’il faut agir et essayer de rectifier le tir. Ne rien faire serait le pire.

  3. Yaneck Chareyre21/09/2011 09:42

    En effet. Et puis réfléchir aussi à ce qui relève d’une forme d’évolution. On n’est pas obligé, à chaque génération, de ne pas chercher à comprendre la jeunesse et ce qu’elle exprime…

  4. wens en effeuillant le chrysanthème21/09/2011 09:41
    Je ne suis pas tenté par la BD mais j’ai apprécié ton commentaire…L’éducation doit redevenir une priorité, je suis dans une ville qui voit d’année en année le privé attirer les enfants de la
    bourgeoisie , le public devenant le lieu d’enseignement des classes populaires, des enfants d’immigrés avec de moins en moins de moyens…l’école est le reflet d’une société qui devient de plus en
    plus à deux vitesses, une société à l’américaine.

  5. Yaneck Chareyre21/09/2011 09:43

    Oui, j’ai définitivement une lecture politisée des choses. ^^

    Et cet album là permettait véritablement une lecture politique. Après Les Profs, dans ma semaine à thème « Rentrée scolaire », je trouvais important de proposer un peu de fond aussi.

  6. Mango21/09/2011 10:44
    Pas de doute qu’un tel album ne soit salutaire avec des situations prises sur le vif. Ce constat semble bien noir . Suggère-t-il cependant quelques solutions?

  7. Yaneck Chareyre21/09/2011 12:48

    Non, pas de solutions, juste des constats. En même temps, je pense que les solutions ne sont pas de son ressort. Même leur simple conceptualisation.

  8. Michael21/09/2011 12:48
    « des 3e, j’en ai connus, des bisounours, des difficiles, et pourtant je n’ai jamais vu un tel ancrage sur le cul. Chez les mecs, principalement, mais aussi chez les filles, puisque Sattouf les
    montre avec le string bien souvent haut au dessus du pantalon. Des choses qu’on voit à peine dans les ZEP, avec attouchements, et surtout, banalisation. »

    Ah bon? Pour avoir travaillé en ZEP et en centre-ville si il y a bien un point commun c’est que dès la 4ème pour les filles le sexe, ou pour parler moins crument les histoires d’amour, sont au
    centre de leurs préocupations.
    Je me rappelle, à titre d’illustration, 2 fois où on a refusé des élèves : une fille avec un haut style bas-résille sans soutien-gorge, et une autre avec un pantalon blanc transparant sans
    culotte… Et ce ne sont que les exemples que je peux citer ici!!

    D’accord avec toi sur le fait que cette banalisation est inquiétante autant que le manque de réaction face aux attouchements….

  9. Noukette21/09/2011 16:15

    Je l’ai lu aussi, j’avais beaucoup aimé. Je travaille en ZEP, et j’ai trouvé que ce que décrivait Sattouf n’était pas très éloigné de ce dont je peux être témoin parfois… malheureusement !

  10. Sara21/09/2011 17:17
    Etant prof en zep, je préfèrerais écouter en boucle Colonel Reyel jusqu’à ce que mort s’ensuive plutôt que de lire ce genre de BD. Ca me rappellerai trop le boulot : même si effectivement ce n’est
    pas le même genre de bahut, il y a beaucoup de points communs. Evidemment, je suis d’accord avec ce que tu dis dans ton billet sur l’éducation. Triste constat.

  11. Manu21/09/2011 19:41

    Je n’aime pas trop le dessin mais finalement ça vérifier ce que disait une jeune fille récemment. Hallucinant.

  12. Yaneck Chareyre22/09/2011 06:39

    Je déteste ses Pascal Brutal, mais n’empêche, je n’avais rien lu d’autre de lui. Donc j’ai toujours contesté Brutal, pas l’auteur ^^

  13. PG Luneau21/09/2011 23:48

    Moi non plus, je n’aime pas du tout le style graphique de Satouf… et les sombres constats de cet album me déprimeraient, je crois, car je travaille en aval de vous tous (au primaire, avec les
    8-12 ans), et même si le système scolaire est un peu différent ici, au Québec, j’ai bien peur que les constats seraient pas mal les mêmes: écrémage du réseau public par le privé, multiethnicité
    galoppante dans les milieux urbains, hypersexualisation et banalisation du sexe… C’est bien trop déprimant, tout ça! Quand je pense que les petits-choux qui sont dans ma classe actuellement vont
    passer par là dans si peu de temps!! Snif!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s