L’école emportée tome 1 (Semaine Rentrée scolaire)

L-ecole-emportee-tome-1

Série: L’école emportée
Tome: 1
Auteur: Kazuo Umezu
Editeur VF: Glénat
Editeur VO: Shogakukan Inc.
Date de publication VF: 2004

Shô, élève de CM2, aurait du réfléchir à deux fois avant de s’énerver fortement contre sa mère, qui l’élève seule, juste avant de partir à l’école. Car s’il avait juré de ne plus revenir à la maison, et s’il va tenir cette promesse, c’est contre son grès. Mystérieusement, dans une sorte de tremblement de Terre, toute son école se retrouve transportée dans un lieu inconnu, étrange et sans personne autour d’eux. Pourront-ils retourner chez eux? Et comment les professeurs parviendront-ils à garder le calme, chez des élèves de 5 à 11 ans?

Etrange série que voilà. A la fois, tout se passe dans une école, et pourtant, il y a une violence lourde dans ces pages. Car comme le fera lui aussi l’auteur de Battle Royale, Umezu explore comment l’être humain peut perdre tout caractère civilisé lorsqu’il est confronté à une fin potentielle et proche. Il est à noter que cette violence ne touche pas les enfants, mais juste les adultes. A voir si cela perdure et si cela représente un message de la part de l’auteur. Mis à part cette violence, L’école emportée est le siège des manipulations des enfants par les adultes. Plus ou moins à leurs intérêts, aux enfants, d’ailleurs. Il y a ces décisions prises pour le bien du groupe, et celles pour le bien d’un seul. Où l’auteur compte-t-il exactement nous mener, c’est dur à dire avec ce seul tome. Il y a quelque chose entre la science-fiction ou le fantastique, il est difficile de savoir. On apprend quelques petites choses sur ce qu’est devenue l’école, mais assez peu. Et il y a cet enfant particulier, étrange, qui pourrait bien être beaucoup plus qu’il ne semble. C’est le mystère, encore.
Graphiquement, Umezu me semble grandement inspiré par Osamu Tezuka, avec un style peut-être plus réaliste pour ce qui est des personnages. Il n’est pas question d’une dose d’humour, dans cet album, et donc pas de personnages déformés à l’extrême comme pouvait le faire Tezuka (sur Bouddha par exemple). Les visages souffrent, et visent à êtres crédibles. Il y a souvent un gros travail de fait sur les décors, c’est aussi à signaler.

Une œuvre étrange, donc, qui mérite d’être suivie au moins jusqu’au tome 2 pour pouvoir commencer à comprendre où nous emmène l’auteur. Pour ma part, j’ai plutôt été convaincu par cet album, et passerai sans doute outre ce manque de réponses qu’on peut toutefois regretter.

Ils en ont parlé: Des bulles et des mots, Bulledair, La cour du Hêtre.

L-ecole-emportee-tome-1_-planchetopbd_201315.5/20

3 réflexions sur “L’école emportée tome 1 (Semaine Rentrée scolaire)

  1. Yaneck Chareyre 20/09/2011 07:15

    Vraiment particulière oui. Elle explore la même thématique que Battle Royale, en bien moins violent.

  2. Choco 22/09/2011 18:51

    Je ne m’en souviens plus trop mais tu verras les questions se développent dans la suite de la série. C’est une oeuvre très intéressante qu’il serait bon que je relise d’ailleurs ! 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s