Jazz Maynard tome 3- Envers et contre tout (Vendredi chronique)

Série: Jazz Maynard
Tome: 3
Titre: Envers et contre tout
Scénariste: Raule
Dessinateur: Roger
Editeur: Dargaud
Date de publication: Janvier 2009

 

Lucia la journaliste et amie de Jazz est maintenant en possession d’une mallette contenant l’intégralité des preuves de la corruption à Barcelone. Malette remise par le maire de ma ville, qui ne tarde pas à être retrouvé mort ainsi qu’il l’avait prédit. Mais surtout, tandis que Lucia reçoit le commissaire Blanc pour lui montrer les documents, elle est enlevée par les tueurs au katana. Lorsque Judas et Jazz apprennent la chose, leurs intentions  sont claires: celui qui est derrière tout cela, le maire-adjoint devenu maire par intérim, doit payer. Et cela se fera dans le sang.

Encore une fois, il m’aura fallu deux lectures pour bien tout identifier dans l’histoire, et pour prendre plaisir à la lire. Raule n’est pas un scénariste facile à appréhender, je trouve. Attendez-vous à une fin de cycle en apothéose, avec règlements de comptes à tout va, fusillades et tueries. On est dans l’action pure, et le scénariste ne nous lâche pas du début à la fin de l’album. Pas de temps mort, pas de fausse note. L’action monte crescendo, pour se terminer avec explosion d’hélicoptère et duels en tout genre. Je vous laisse découvrir qui l’emporte dans cet affrontement. Cet album termine donc le cycle, je vous disais, mais je trouve que la suite n’est pas vraiment préparée. Je me demande sur quoi va partir le scénariste. Les parents « adoptifs » de Jazz? Le nouveau parti politique « Bloc Rouge »? Autre chose? Rien d’évident ne permet de se faire un avis, c’est un brin dommage. Je reste donc un peu partagé, toujours pas totalement convaincu.
Les découpages sont très nerveux, je ne sais pas s’ils sont du scénariste ou du dessinateur, mais il n’est pas toujours évident de saisir le sens de l’action, surtout dans les scènes de combat, extrêmement rapides. Les « intrigues » de chaque combat se mêlent parfois, et je ne suis pas toujours à l’aise dans ma lecture. Ceci dit, Roger reste un dessinateur impressionnant, même s’il n’est pas totalement à mon goût.

Jazz Maynard tome 3 est donc un album plein de qualités, mais les auteurs peinent toujours à me convaincre pleinement. Je n’adhère pas encore au phénomène « Jazz Maynard », qui peut se dessiner de ci ou de là sur la toile.

 

Ils en ont parlé: Choco, Graphivore, BDGest, Bodoï.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s