Y le dernier homme tome 5- Alliance contre nature (Jeudi comics)

Série: Y le dernier homme
Tome: 5
Titre: Alliance contre nature
Scénariste: Brian K. Vaughan
Dessinatrice: Pia Guerra
Encreur: José Marzan Jr.
Coloriste: Zylonol
Editeur VF: Panini Comics
Editeur VO: DC Comics
Label VO: Vertigo
Date de publication VF: Août 2007

Yorick, l’agent 355 et le Docteur Man sont sur le point de parvenir en Californie, au laboratoire de la scientifique. Un voyage de deux ans est sur le point de s’achever, à San Francisco. Avant cela, lors d’une pause, Yorick fait la rencontre d’une hôtesse de l’air prénommée Beth, comme sa fiancée. Alors Yorick craque, et fait l’amour avec elle. Mais les dangers sont encore nombreux. Les amazones ont percé même aussi loin dans l’ouest, et des agents d’un groupe concurrent du Culper Ring sont sur les traces de 355. Que dire de cette ninja qui espionne toujours le groupe, pour le compte d’un mystérieux docteur M? Et de Hero Brown, toujours sur les traces de son frère?

Epais, ce cinquième volume, puisqu’il ne comporte pas moins de huit épisodes originaux. Ce découpage se justifie parfaitement, et on ne se sent pas frustré de devoir attendre un tome de plus pour découvrir le fin mot des nombreuses intrigues disséminées par l’auteur. Ce sont surtout les antagonistes, qui nourrissent ces différents fils narratifs. Comme je vous l’ai présenté, de nombreuses adversaires se dressent face à nos héros. Le Setauket Ring est des plus intéressants, puisqu’il suggère une solution mystique au fléau qui a tué les hommes. En l’absence d’autre piste donnée par Brian K. Vaughan, c’est pour l’instant la plus crédible, même si c’est le seul élément potentiel de « magie » de l’histoire jusque là. En tous cas, ces personnages en sont convaincus. Le retour de Hero est tout aussi intéressant, car le scénariste en fait un personnage vraiment ambivalent. Complètement frapadingue même. Mais pourtant, elle a ce petit potentiel de rédemption qui rend les méchants savoureux. Et surtout, vous verrez à la lecture que le Docteur Man a trouvé la raison de la survie commune de Yorick et Esperluette. Je ne vous en dis rien, mais c’est bien trouvé, et très crédible dans le contexte. Reste au final la ninja, que les personnages vont se mettre à courser. On ne sait rien d’elle, de l’identité de son employeur. Mais cette piste là détient surement les clés de l’explication de la mort des hommes. Du moins, c’est ce qu’il semble.
Pia Guerra suit toujours son scénariste, aux crayons. J’aime vraiment cette dessinatrice, qui a un trait vraiment agréable tout en étant vraiment réaliste. Je vois mal ce qu’aurait été la série sans elle, elle est une pièce incontournable.

Toujours aussi bonne, cette série mérite que vous portiez votre attention sur elle. Il y a dix tomes, elle est terminée, et comme vous avez pu le constater, la première moitié de la saga est déjà formidable. Aucune raison, donc, de ne pas rejoindre ce monde sans hommes.

 

Ils en ont parlé: Coin BD, Planète BD, Scénario.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s