Le chant du pluvier (Mardi chronique)

Le-chant-du-pluvier

Titre: Le Chant du Pluvier
Scénaristes: Amandine Laprun, Joseph Béhé
Dessinateur: Erwann Surcouf
Editeur: Delcourt
Collection: Mirage

Date de publication: Avril 2009

Une petite ferme dans le Béarn. La mère de Guilhem est morte, mais celui-ci est loin, et arrive en retard à son enterrement. Sa sœur Marilis lui en veut, comme d’habitude. Leur père, lui, est content tout de même de le voir arriver. Guilhem est thésard, il étudie le réchauffement climatique au moyen-âge, au Groenland. Soucieux de changer les idées de son père, il l’invite à y passer des vacances, ce qui n’est bien entendu pas du goût de la sœur.

Comme son titre ne le laisse pas deviner, cet album traite des relations père-enfants. Profitant de la disparition de la mère, les scénaristes chamboulent les liens entre le père restant, la fille modèle (pour le père), et le fils prodigue (pour la mère). Mais aucun personnage n’est stéréotypé. Même si les séquences flash-backs peuvent laisser voir un père « paysan de base », ce qui est présenté de lui lors du voyage est nettement plus positif, ce qui montre bien un personnage passé par une véritable évolution. Même Marilis évolue, elle durant l’escapade de son père, et s’avère un peu moins désagréable que ce qu’elle n’y paraît. Et puis il y a Guilhem, le « héros ». Personnage positif, à priori, plus ouvert que sa sœur, plus respectueux envers son père en tant qu’individu. Et pourtant, est évoqué une faiblesse chez lui, à travers son rapport à la mère. Mais évoqué finement, avec justesse. Les deux scénaristes ont certes mis un béret au père, mais eux, n’ont pas pris de gros sabots pour leurs personnages.
C’est donc une très belle lecture. Il n’y a que deux interrogations pour moi, petites. Que sont ces scènes en noir et blancs qui parsèment l’album? Des cauchemars? Ce n’est pas expliqué, et j’ai du mal à en percevoir le sens. Deuxième détail, le rapport linguistique entre Guilhem et Amalissa. On pourrait croire que cette dernière parle français, suivant les cases, alors qu’il n’en n’est rien. Une typographie différente aurait été bienvenue pour différencier les échanges en groenlandais voulus compréhensibles par les deux auteurs.

Au dessin, je ne connaissais pas Erwann Surcouf jusqu’alors. Il a un trait un peu épais, qui utilise beaucoup la couleur noir, mais qui a le don de souligner les visages, les détails. J’aime bien, il propose vraiment des personnages différenciés, et des décors criants de vérité. C’est un bon choix, qui donne de la chaleur (ou du glacial) à l’histoire.

J’ai emprunté cet album, mais j’adorerai le voir figurer dans ma bibliothèque. C’est une belle œuvre, intelligente, fine, bien dessinée, que j’invite le plus grand nombre à découvrir. Réglages d’oedipes préalables souhaités.

 

Ils en parlent aussi: Choco, Librairie Critic, Blog à Malice

Le site de l’album. Celui d’Erwan Surcouf. Celui d’Amandine Laprun.

Le-chant-du-pluvier_-planchetopbd_201317/20

7 réflexions sur “Le chant du pluvier (Mardi chronique)

  1. PG Luneau 10/03/2011 02:53

    Le genre récit psychologique n’est pas celui que je préfère, mais j’aime bien m’y tremper, de temps à autres. J’avoue que celui-ci me semble beau et intéressant, tant sur le plan visuel que
    scénaristique. Je m’y laisserai tenter, un jour où je serai dans ce mood.

  2. Kikine 10/01/2013 03:32

    Je me suis posée aussi la question pour les pages cauchemardesques. je pensais que l’on aurait une réponse à la fin du livre … J’en suis arrivée à me dire que c’était les cauchemars du papa
    (mais je ne suis pas à 100% convaincue)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s