Là où la mer murmure (La BD du Mercredi)

la-ou-la-mer-murmureTitre: Là où la mer murmure
Auteur: Keiko Ichiguchi
Editeur: Kana
Collection: Made In
Date de publication: 2010
D’après l’œuvre de Leonardo Valenti

Marina vit avec son père, sa belle-mère et sa demi-sœur dans un petit village d’Italie, sur le bord de la mer Adriatique. La mère de Marina s’est noyée quand elle avait trois ans, pour la sauver elle des flots. Le père de Marina a toujours refusé d’en parler. Mais le jour où un jeune français débarque à la pension familiale, Marina n’a pas idée qu’il va chambouler toute son existence, par ses simples questions.

Cet album, je le lis dans le cadre du challenge de Théoma, et j’ai pris grand plaisir à cela. Je l’ai pris au hasard, un peu sur sa couverture aussi, tout en finesse. L’intérieur est au diapason…
Cette quête de la mère perdue m’a totalement entraîné. Tout homme que je suis, j’y ai trouvé des résonances sur ce que je vis en tant que père, sur les craintes qui peuvent affleurer parfois en moi. Sur la perte, bien entendu, grosse découverte pour moi. Mais cette histoire est venue aussi résonner avec mes interrogations sur l’amour parental, sur son automatisme, sur ses manifestations. J’imagine sans mal que je ne serai pas le seul à ressentir ces choses là, c’est donc une belle réussite de la part de Keiko Ichiguchi. On voit bien, aussi, comment les secrets familiaux sont de véritables poisons. Marina souffre de ce qu’on lui a tu pendant des années, et c’est seulement la découverte de la vérité qui va lui permettre de se construire réellement. Nous avons là une œuvre d’une très belle profondeur.
Le dessin, de Keiko Ichiguchi, m’interroge toujours. Autant certaines scènes sont d’une précision de trait digne d’un Tsukasa Hojo ou d’un Taniguchi au meilleur de leur forme, autant parfois le trait est sommaire, peu aboutit. Et pourtant, il y a un sentiment d’unité qui nait de cet ensemble qui me surprend. Un sentiment de bien-être, aussi. C’est très étonnant.

Vous l’aurez compris, je recommande donc largement la lecture de cet album. Il me semble que derrière la relation mère-fille, l’auteure a su placer suffisamment d’universel pour que même les hommes s’y retrouvent. Si tant est qu’ils acceptent de réfléchir sur leurs ressentis…

la-ou-la-mer-murmure_-planche

Logo BD Mango orangetopbd_201316/20

11 réflexions sur “Là où la mer murmure (La BD du Mercredi)

  1. jerome 02/03/2011 07:28

    Jamais entendu parler de cet auteur. Il faut dire que mon inculture en matière de manga est abyssale. En tout cas ton billet donne envie se pencher d eplus près sur cet album.

  2. Yaneck Chareyre 02/03/2011 21:09

    Tant mieux. Après avoir secoué un peu les lectrices du challenge avec ma bd gore et sm sur la torture argentine, je me suis dit qu’un petit album un peu plus délicat pourrait être de bon aloi ^^

  3. Hathaway 02/03/2011 07:46

    Et bien voilà un bien beau billet. Le titre me plaisait déjà beaucoup, et toute la douceur qui semble être dans cette histoire de mensonge familial m’attire. Je note.

  4. Noukette 02/03/2011 14:32

    Les thèmes traités me parlent beaucoup…, et cette couverture est si belle ! Merci pour cet avis ! 😉

  5. PG Luneau 03/03/2011 04:48

    Chose certaine, l’auteure a su trouver un thème fort… et tu as su trouver les mots pour mettre son oeuvre en valeur car, comme c’est le cas pour plusieurs de tes lecteurs, tu m’as encore une fois
    donné envie de me mettre aux mangas! Et ce n’est pas une mince tâche, étant donnés les nombreux préjugés que j’ai à l’égard de ce type de BD! Chapeau!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s