Buddy Longway tome 1- Chinook (Semaine Western) (La BD du mercredi)

Buddy-Longway-tome-1

Série: Buddy Longway
Tome: 1
Titre: Chinook
Auteur: Derib
Editeur: Le Lombard
Date de publication: Septembre 1974

Buddy Longway est un jeune trappeur, qui a terminé l’hiver avec une quantité de peaux, respectable. De passage dans un fort pour les vendre, il rosse deux individus qui maltraitaient une femme. Une indienne en fait, Chinook. Il décide quand même de la ramener à son peuple, elle qui avait été faite prisonnière, et esclave pour les deux blancs. La route s’annonce longue, mais Buddy Longway n’a pas encore idée des changements que Chinook va apporter dans sa vie.

J’ai regretté de ne pouvoir me procurer cet album pour la première semaine western, et donc je suis ravi de pouvoir vous la proposer maintenant. Buddy Longway est devenue une jolie référence dans la bande dessinée du genre. C’est Derib qui est à l’œuvre, seul, contrairement à son autre série de l’Ouest sauvage, Yakari (où Job l’accompagne toujours). Il développe ainsi sa propre vision des Etats-Unis de la colonisation, les rapports entre blancs, entre blancs et indiens, et même entre indiens. Au premier abord, on se dit que l’on a affaire à une jolie série un peu naïve, mais c’est une erreur. Mine de rien, sans se donner de grands airs, Derib brosse un tableau sans concessions de cette époque là. Il n’emploie pas d’artifices, de débauche de violence, mais pourtant il parvient à retranscrire fort bien la rudesse, la dureté, des rapports humains à cette période. Par exemple, il n’occulte pas que les indiens eux-mêmes se faisaient la guerre, et qu’une femme faite prisonnière devenait une esclave. Même s’il n’oublie pas de décrire leur grandeur d’âme, Derib ne cache pas les faces sombres des indiens. C’est très bien fait, finement, et je suis en fait impressionné. Je ne m’attendais pas à cela. Ca donne clairement envie d’en lire plus, pour voir si l’auteur va réussir à conserver ce fragile équilibre, qui donne une saveur si particulière à cet album. Une belle alchimie qui pourrait cesser rapidement. Vivement le tome 2.
Et puis quelle étrangeté de voir le trait encore rond de Derib, sur une autre série que Yakari… On sent encore que l’auteur reste dans le même trait (il changera plus tard, par exemple pour son album Jo), et c’est sans doute ce qui donne une fausse impression de naïveté. On attend Yakari, alors même qu’on a été prévenue que ce n’est pas sa série. On attend une série enfant, et Derib nous propose une histoire adulte.

Voulait-il nous attirer dans ce piège? Nous prendre par surprise, pour mieux nous garder avec lui?

Buddy-Longway-tome-1_-plancheLogo BD Mango orangeLogo top bd14.5/20

13 réflexions sur “Buddy Longway tome 1- Chinook (Semaine Western) (La BD du mercredi)

  1. mango19/01/2011 07:21
    Des couleurs chaudes , une belle couverture! Tu es chez les Indiens et moi chez les Inuit où les couleurs sont nettement plus froides mais il y a des ressemblances dans le choc de deux cultures
    opposées On attend le tome 2 par conséquent! !

  2. Yaneck Chareyre19/01/2011 08:24

    Il y a une bonne session neigeuse chez moi aussi, comme l’indique la couverture. C’est très sympa, Buddy Longway, très intéressant sur le fond aussi.

  3. jerome19/01/2011 07:23
    Le chef d’oeuvre de Derib ! je suis en train de me refaire la collection complète avec l’intégrale qui paraît au Lombard. Je le lisais dans le journal de Tintin quand j’étais gosse.

  4. Theoma19/01/2011 10:34
    Un auteur qui habite près de chez moi. ça me fait tout drôle de voir mes propres enfants lire maintenant Yakari ! 😉

  5. Petite Noisette19/01/2011 18:25

    J’adore Buddy Longway !! C’est une série adulte mais je me souviens l’avoir dévorée quand j’étais au collège, j’empruntais tous les volumes au CDI ! Merci pour ce billet, ça me donne envie de m’y
    replonger…

  6. PG Luneau19/01/2011 22:10
    Tu touches ici une de mes BD coups de coeur!! Moi non plus, je ne suis pas trop fan de western… mais Buddy, c’est autre chose. Ce n’est pas un western, c’est la vie et les rapports humains au
    temps du Far-West, dans les Rocheuses américaines. On est à mille lieues des westerns spaghettis de Leone et des duels interminables. Buddy Longway, c’est du bonbon tout du long!

  7. Marie19/01/2011 23:33
    Entièrement d’accord avec toi, je trouve que c’est une BD très humaniste.
    Et dans les albums suivants, Buddy devient de plus en plus beau !!!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s