Neige tome 1- Les brumes aveugles (La BD du mercredi)

Neige-tome-1

Série: Neige
Tome: 1
Titre: Les Brumes aveugles
Scénariste: Didier Convard
Dessinateur: Christian Gine
Coloriste: Rita
Editeur: Glénat
Date de publication: Mai 1987

Lorsque l’Europe créa un système de régulation météo, elle ne pensait pas que l’ordinateur chargé de le gérer, Orion, pourrait dysfonctionner. Un hiver interminable s’est abattu sur le continent, et les autres pays ont mis en place une barrière infranchissable pour que les épidémies qui s’y développaient ne viennent pas contaminer le reste du monde. C’est dans ce monde enneigé qu’une famille fuit une ville tenue par les gangs. Ce qu’elle fuit, on ne le sait pas, mais elle ne tarde pas à être rattrapée. Le père est tuée, la mère est tuée, et l’enfant de 5 ans est laissé aux corbeaux et aux loups. Il aura sa chance de vivre. Heureusement, il est trouvé par un homme solitaire, Northman, qui parvient à le maintenir en vie. Ses parents sont morts, alors Northman élèvera l’enfant amnésique, renommé Neige. Car Northman attend quelque chose, et ce quelque chose pourrait bien passer par Neige.

Voilà une série de Science-Fiction assez réputée dans le monde de la bande-dessinée, et que je n’avais pas encore abordé. Le concept, tel que je vous l’ai présenté, paraît vraiment ambitieux, d’autant que Didier Convard glisse des réflexions, des pistes, qui montrent que le scénario a de l’envergure, et qu’il sait où il va. Venant de l’auteur qui fera plus tard Le Triangle Secret, toujours chez Glénat, cela ne m’étonne pas du tout. L’homme est doué pour les intrigues cohérentes au long cours. Le monde tel qu’il le décrit paraît assez crédible, même pour un monde inventé il y a plus de 20 ans. L’aspect développement des épidémies me paraît peut-être un peu trop aisé, mais j’imagine qu’un froid polaire ou presque doit changer pas mal de choses dans la santé des gens. Non, ne faisons pas la fine bouche, c’est un monde potentiellement très riche, puisque constitué de multiples sociétés refermées sur elles-mêmes. Maintenant, quel est le rôle prévu par Northman pour Neige, qui est réellement le vieil homme, on ne sait pas, et j’espère obtenir des réponses rapidement par la suite.
Christian Gine, je l’avais découvert déjà avec Convard sur Le Triangle Secret. Ce n’est pas à mon sens le plus grand des dessinateurs, mais il livre une prestation tout à fait correcte, sans défaut majeur. Sans grand attrait malheureusement aussi. Bref, il accompagne bien le scénario, sans nous en tenir à l’écart. C’est toujours ça.

Un tome, et je suis convaincu qu’il y a une excellente série dans les pages de Neige. Je ne tarderai pas à vous conter la suite, j’ai vraiment apprécié ma lecture.

Logo BD Mango orange

Logo top bd16.5/20

Publicités

11 réflexions sur “Neige tome 1- Les brumes aveugles (La BD du mercredi)

  1. Marie05/01/2011 12:07

    Je ne peux pas critiquer cette série dont je suis fan et qui, je trouve, reste moderne !
    J’en profite pour te souhaiter une belle année riche en lecture … de BD !!!

  2. mango05/01/2011 15:27

    Beau début de série apparemment avec des thèmes très modernes, une intrigue bien maîtrisée et des dessins plutôt satisfaisants, c’est pas si mal…c’est même très tentant!

  3. Noukette05/01/2011 15:39

    En tous cas, je trouve le point de départ de l’intrigue plutôt original ! Je ne connaissais pas cette série ! 😉

  4. Yaneck Chareyre05/01/2011 21:01

    J’en avais juste un peu entendu parlé jusque là, pour ma part. Alors un jour où je ne savais pas quoi prendre en bibliothèque, j’ai décidé de tenter, sans rien savoir de la série. Bien m’en a
    pris je pense.

  5. PG Luneau05/01/2011 16:14
    J’ai lu toute cette série, avec plus de fascination que d’intérêt, je dirais! C’est vrai que Convard a le tour pour bien saupoudrer ses indices et pour nous tenir en haleine. Je suis aussi d’accord
    avec toi pour ce qui est du dessin, correct mais sans plus. Celui-ci s’améliorera un peu dans les tomes suivants, évidemment.
    L’histoire a parfois quelques longueurs. Tu découvriras que Convard nous fait faire parfois des détours importants (surtout qu’on a hâte de connaître le fin fond de l’affaire!!), c’est pourquoi mon
    avis reste mitigé (d’ailleurs, je ne crois pas que je lirai la série prélude, qui vient de débuter). Mais je dois avouer que même les détours en question ont quelque chose d’inventif et de
    surprenant, d’où ma fascination. Et même si cette série date déjà de plus de vingt ans, le récit risque d’assez bien vieillir, mieux que le graphisme en tout cas. Les deux meilleurs tomes sont les
    #4 et 5, Intermezzo et Il diavolo, qui forment effectivement un étrange intermède à Venise, dans un microcosme inquiétant.

  6. Yaneck Chareyre05/01/2011 20:54

    Je prends bonne note de tout ça. J’ai déjà lu le tome 2, et j’ai été un peu déçu que l’intrigue du tueur des parents de neige soit si vite résolue. Mais c’est une autre chronique ^^

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s