Terre-neuvas (Mardi Chronique)

Terre-neuvasTitre: Terre-Neuvas
Auteur: Christophe Chabouté
Editeur: Vents d’Ouest

 

Février 1913. Un navire part pour une nouvelle campagne de pêche à la morue sur les bancs de Terre-Neuve. Le bateau passera plusieurs mois en mer, et les hommes devront affronter le froid, la pluie, le brouillard, et ne jamais perdre une occasion de rentrer le poisson dans le cales. Les poissons c’est de l’argent, et la morue est plus importante que les hommes. Sur ce bateau, il y a un jeune mousse, et un paysan novice en la matière, en plus des hommes habituels. Et un jour, sur le banc de morue, le commandant en second est retrouvé mort, assassiné.

Impressionnant, cet album de Chabouté. Il m’a fait prendre conscience des difficultés d’un groupe de prolétaires très particuliers, à cette époque, les pêcheurs en haute-mer. Des conditions de travail désastreuses, la vie humaine méprisée, avec en plus, l’isolement total d’avec les familles. Les mineurs de Germinal n’en subissaient pas autant. En bon provençal, je ne m’étais jamais posé de questions sur cette industrie là. On a peur pour ces hommes, à la lecture de l’histoire. Il fallait relever trois kilomètres de lignes, par tous les temps, même avec d’énorme creux, et surtout, même avec un brouillard impénétrable, qui empêchait de savoir où les pêcheurs se rendaient réellement. Avec l’angoisse de ne pas retrouver le bateau au retour. Impressionnant, je vous dis, et extrêmement convaincant.
Mais Christophe Chabouté ne se contente pas d’écrire un reportage sur les marins-pêcheurs, il intègre aussi une série de meurtres à bord. Cette intrigue se mêle bien au contexte, et l’auteur réserve quelques rebondissements qui permettent de surprendre agréablement le lecteur.
Côté dessin, on retrouve toute la force de Chabouté, ce dessin qui bien que seulement en noir et blanc, dégage une expressivité très forte. J’aurai juste le regret qu’on ne distingue pas toujours bien les différents marins du bord, mais peut-être a-t-il voulu aussi nous montrer que ces hommes s’uniformisaient dans leur travail, allez savoir. Pour ma part, j’aurai souhaité des visages un peu plus différents.

Mais je dis ça pour nuancer mon propos, car en fait, j’ai vraiment aimé cet album. Je continue de découvrir l’auteur, et il continue de me convaincre de son talent. Je ne regrette pas de m’être ouvert à lui.

Terre-neuvas_planchetopbd_201318/20

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s