L’ascension du Haut Mal tome 1 (Mardi chronique)

L-Ascension-du-Haut-Mal-tome-1Série: L’Ascension du Haut Mal
Tome: 1
Auteur: David B
Editeur: L’Association

Pierre-François, Jean-Christophe et Florence. Trois gamins normaux, nés dans les années 60. Ils passent les évènements de ces années là, et gardent de cette époque un souvenir douloureux: l’apparition de l’Epilepsie chez Jean-Christophe, et sa lutte contre la maladie. Médecins, vie sociale chamboulée, nous avons un large panorama de la vie de ces enfants qui nous est proposé là.

BD autobiographique? Peut-être, mais pas tout à fait. David B n’apparaît pas en tant que tel dans l’album. C’est sans doute lui, Pierre-François, et c’est quelque chose qui s’éclaire dès la préface, mais pourtant, il a choisi de placer un filtre « identitaire » entre son personnage et lui. C’est un artifice que j’apprécie plutôt, qui permet de créer une distanciation entre l’auteur et le personnage. Je ne connais pas David B, je ne peux donc pas savoir s’il ne raconte que sa vie, ou s’il romance certaines choses, mais cette précaution d’usage me plaît (contrairement à Fabrice Neaud qui ne prend pas cette distance).
Dans ces 51 pages, David B nous propose de multiples réflexions. C’est pour moi le point fort de l’album, la richesse de sa toile de fond, de ses interrogations. Ca parle des guerres de la France, ça parle du rapport au dessin, du racisme ordinaire des années 60, de ségrégation sociale, du pouvoir du milieu médical… Vraiment, l’auteur parvient de manière synthétique, pertinente et intéressante, à aborder tous ces thèmes. Je suis positivement impressionné. Je trouve juste dommage que les questions d’épilepsie mettent un peu de temps à arriver. L’auteur prend certes son temps pour poser son récit, mais je pense qu’il aurait gagné à moins diluer au départ, pour rentrer plus vite dans le sujet. Mais peut-être est-ce juste le format de publication qui donne cette impression, alors je ne lui en tiendrai pas rigueur.
Je le suis moins vis à vis du dessin, pour lequel je n’éprouve aucun sentiment particulier. Tout à fait lisible, mais n’étant pas ma tasse de thé. Je suis passé au travers pendant toute ma lecture.

Mais ce qui compte pour moi, je le redis, c’est la qualité d’écriture de David B, qui réussi à aller plus loin que le simple récit autobiographique me semble-t-il. Il écrit une histoire, une vraie.

L-Ascension-du-Haut-Mal-tome-1_-planche

3 réflexions sur “L’ascension du Haut Mal tome 1 (Mardi chronique)

  1. Marie Il y a 3 ans

    Tu me donne très envie de lire cette BD.
    Moi j’avais beaucoup aimé toutes ses histoires nommées le zèbre parues dans le magazine A Suivre, autant son dessin que ses scénarios.
    Mais c’est drôle sur la planche que tu as mises, j’ai l’impression que son coup de crayon a un peu changé ?
    Pour la petite histoire, je crois que c’est son frère qui était malade.

  2. Yaneck Chareyre Il y a 3 ans

    J’ai dit autre chose que son frère?

    Sinon, pour son évolution, je ne saurai dire, car c’était la première fois que je découvrais cet auteur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s