Persépolis (Jeudi chronique)

Persepolis

Titre: Persépolis
Auteur: Marjane Satrapi
Editeur: L’Association
Collection: Ciboulette

Récit autobiographique, pour une plongée dans les années 70 en Iran. Marjane Satrapi est née là-bas, d’une famille d’activistes politiques. D’abord engagés contre le Shah, puis pour la Révolution, et enfin contre la révolution islamique. Son enfance, son adolescence, Marjane les a passées avec la guerre et la répression en toile de fond. Que ce soit à Téhéran même, ou lorsque ses parents l’exilèrent volontairement en Autriche à l’âge de 14 ans, jamais ces pensées ne la quittèrent. C’est cette vie si particulière, ces évènements historiques, que l’auteur nous fait partager dans ce recueil des différents tomes parus à l’Association.

Je n’ai pas les premiers albums, car je dois bien le reconnaître, je ne m’étais pas intéressé à Persépolis avant sa sortie au cinéma sous forme de film d’animation. Il faut le dire, je ne suis pas un modèle d’avant-gardisme en terme de culture. Je suis souvent, précède très rarement.
Mais avec la maturité acquise, j’ai dévoré cet album dès la première lecture. L’aspect autobiographique devient réellement pertinent, car l’auteur a réellement quelque chose de concret et d’instructif à proposer. Cette bande dessinée est un roman, un livre d’histoire, un essai politique, tout ça mélangé. Pas étonnant que le festival de Canne ait mis en avant le film réalisé par Satrapi à partir de cette œuvre. Il y a du fond, de la matière.
Ce qui m’a plus particulièrement intéressé, et je ne vous étonnerai pas en le disant, c’est la condamnation par l’explication, de la révolution islamique. En lisant Persépolis, on se rend bien compte à quel point ces hommes sont rétrogrades, et des dangers pour le reste du monde. L’intelligence n’a pas le droit de cité, la propagande, la manipulation, le meurtre (tiens, au moins un truc qu’on n’a pas chez nous) sont monnaies courantes. Le tout, bien sûr, au nom d’Allah. Il a bon dos le Barbu, et s’il existe comme certains le pensent, il a des comptes à rendre sur les barbus de tout poil. L’évocation de la fabrication des martyrs est assez éclairante sur la façon dont l’alibi religieux a été utilisé pour maintenir un régime politique. Ce n’est rien de plus que de la politique. Dans ses pires aspects. Mais la religion EST une chose politique.
D’ailleurs, Satrapi ne se gêne pas pour en faire, de la politique. Pour mettre à l’index les pays occidentaux qui ont su déstabiliser son pays à de nombreuses reprises, et même armer l’Iran et l’Irak en prévision de leur guerre commune.
Mais toute cette richesse est toujours amenée avec simplicité et humour. Un humour semblant être pour l’auteur la caractéristique propre des iraniens, au-delà de leur gouvernement. Un sens de la dérision, indispensable pour survivre en dictature.

Graphiquement, Satrapi a un style désormais très reconnaissable. Un brin rigide, il manque un peu de dynamisme, il reste un véritable vecteur pour le texte de l’auteur. Le dessin comme les idées, vous emportent dans l’œuvre, et les centaines de pages qui nous sont proposées se lisent avec entrain et plaisir. Marjane Satrapi manie parfaitement le noir et blanc, et on ne ressent aucune lassitude avec son dessin.

Œuvre désormais majeure, culte, pourrait-on même dire, Persépolis est un album qui manquait en ces lieux. Je suis ravi d’avoir pris le temps de réparer ce manque, et j’espère que cet album appartiendra rapidement au Top bd des blogueurs. Il y a toute sa place.

 Persepolis_-planchetopbd_2013

18/20

6 réflexions sur “Persépolis (Jeudi chronique)

  1. Ici taille toi une surprise ……..!! 11/11/2010 08:16

    SAlut

    Il n’y a plus qu’a se mettre sous la couette..

    Bon jeudi à toi et tes visiteurs…

    Lorent

  2. mok 11/11/2010 09:33

    c’est triste de voir cela.
    encore une fois les medias et leur super travail pour donner la mauvaise image sur l’islame, le but est deja atteint a ce que je vois parce que vous faites deja partie aparement des victimes dont l’ignorance de ce que c’est cette religion.
    Faut apprendre a faire la difference entre ce qui est tradition d’un peuple et la religion musulmane. la verité telle que vous la voyez chaque jour dans vos journaux, programmes de tele n’est malheureusement pas le reflet de ce qui l’islam, c’est plutot le visage caché de la guerre contre cette religion.
    salam.

  3. Yaneck Chareyre 11/11/2010 10:19

    D’abord, une chose importante. En ces lieux, imams, rabins, curés, moines, prennent tous dans les dents sans distinction aucune. Marx a dit que la religion était l’opium du peuple, et je partage
    pleinement cette idée. Donc rassurez-vous, il n’y a pas ici une diatribe anti-islam, mais plus largement, anti-religion.

    Maintenant, sur votre propos. Allez-vous prétendre que la révolution islamique iranienne est une « tradition d’un peuple »? C’est une belle mauvaise foi. La mise en esclavagisme des femmes, le refus d’une pensée différente, le refus de la démocratie, se retrouvent étrangement dans nombre de régimes islamistes. Alors les coutumes locales, vous me permettrez de ne pas retenir l’argument.

    L’islam phare de compréhension et d’intelligence, c’est le passé, c’est l’espagne d’avant la reconquista. Aujourd’hui, ce n’est qu’un outil obscurantiste de domination politique. La faute à qui?
    A tous ceux qui cautionnent tout cela, donc à vous autres musulmans. Balayez donc devant votre porte au niveau mondial, et on pourra reparler.

    La révolution islamique iranienne, comme celle qui a eu lieu en afghanistan n’est qu’une caution pour justifier une dictature infâme. Merci Marjane Satrapi de ne le rappeler avec Persépolis.

  4. heol 22/02/2011 22:04

    Bonsoir,

    Je n’ai fait que feuilleter persepolis mais j’ai vu l’adaption en film d’animation. Actuellement avec les différentes dites « révolution jasmin », le monde arabe a son destin en main. Le contexte de
    la révolution en Iran est différent, persépolis nous explique bien le point de vue de l’intérieur.

  5. Yaneck Chareyre 22/02/2011 22:13

    Merci pour cette intervention, ça me donne l’occasion de donner un point de vue sur l’actu. ^^

    Un article du monde, fait par un spécialiste dont j’ai oublié la spécialité, disait qu’il y avait une différence fondamentale entre les révolutions arabes actuelles et la révolution iranienne, à
    savoir le fait que l’islam se serait grandement individualisée dans ces pays, ne cherchant qu’à défendre un système de valeurs et non plus l’imposition d’une contre-société. Qu’en fait, les pays
    arabes se seraient occidentalisés par plus d’individualisme (je ne sais pas si c’est une bonne chose), jusque dans leur vision de la religion, avec une plus grande séparation entre la sphère
    privée et la sphère publique.

    Je ne sais pas si cet auteur a raison, mais il développait un point de vue intéressant.

  6. heol 23/02/2011 10:13

    J’avais lu aussi cet article et aussi sur d’autre sites journalistique (rue 89 et libé)qu’une des évolution serait peut être la séparation de la politique et de la religion à la manière de la
    Turquie.A suivre

    Cordialement

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s