Une sacrée mamie tome 2 (Semaine manga)

Une-Sacree-Mamie tome-2

Série: Une sacrée mamie
Tome: 2
Scénariste: Yishichi Shimada
Dessinateur: Saburo Ishika
Editeur VF: Delcourt
Editeur VO: Shueisha Inc

Pour cette semaine Manga, j’ai voulu me diversifier un peu, regarder autre chose que mes séries habituelles. Pour ce manga là, c’est le dessin, qui m’a beaucoup plus, et m’a donné envie de le prendre. Ne faisant pas attention que je prenais le tome 2, et pas le premier. Mais ce n’est pas grave, car l’histoire se lit très bien même sans avoir eu le début.  Les auteurs faisant de légers rappels à l’historique des personnages, qui s’intègrent très bien dans le déroulement de ce volume là.

Tokunaga est élève de CE2, dans le village de sa grand-mère. Sa mère a du l’envoyer là-bas pour lui permettre de vivre mieux qu’avec elle, en attendant que sa situation financière ne s’améliore. La mamie est pauvre elle aussi, et elle n’a pas l’électricité, symbole de la modernité qui commence à s’étendre dans les campagnes. Mais Tokunaga a plein de bons amis, avec qui il vit plein d’aventures.

Je suis un brin embarrassé, avec cette lecture. J’y ai pris du plaisir, car les personnages ont de beaux caractères, bien mis en avant, et que les morales des différents chapitres sont assez jolies. Le premier a toute ma préférence, quand un autre élève défie Tokunaga en duel de pauvreté. Au premier abord, c’est très bon, dessiné comme j’aime, avec une grande richesse de détails dans les décors.

Mais, vous vous doutiez qu’il y avait un mais, je ne peux m’empêcher de perdre mon filtre politique, quand je lis. Et cette lecture  me dérange un peu, car elle est entièrement une idéalisation de la pauvreté saine des campagnes. On n’avait rien, mais on était heureux et honnête, en somme.
Et cette vision là des choses, qu’elle prenne place en France ou au Japon, je ne peux l’accepter. Non, la misère n’est jamais moins pénible, même au soleil (monsieur Aznavour). Le bon sens campagnard, honnête et droit, je le mets en doute franchement. Les coups fourrés pour s’approprier les biens d’autrui, ça existe aussi là-bas.
Il me semble que ce manga est une belle illustration d’un certain esprit japonais, de résignation aux choses qui sont comme elles sont, et contre lesquelles il ne faut surtout pas se rebeller. Il faut accepter ce qu’on est et vivre avec. Vieux reste du féodalisme dans ce pays, qui n’a pas connu de véritable révolution pour mettre fin à la féodalité. La fin des samouraï se faisant très légalement, par les technocrates et marchands qui prenaient désormais le pouvoir.

Se résigner, accepter son sort, ce sont des principes que je n’aime pas du tout. On peut changer les choses. Parfois difficilement, souvent avec l’aide d’autres personnes, mais on peut le faire.
Ainsi donc, si de tels principes ne vous gênent pas, vous aimerez sans condition  « une sacrée mamie ». Si par contre ils vous gênent, essayez quand même, on arrive malgré tout à  prendre du plaisir à cette lecture.

Publicités

7 réflexions sur “Une sacrée mamie tome 2 (Semaine manga)

  1. Caro24/03/2010 19:41
    Je n’ai pas trouvé que ce manga donnait une ‘mauvaise’ vision de la pauvreté, mais plutôt qu’il ne faut pas s’apitoyer sur son sort quand on n’est pas bien riche, et que le « débrouillardise » peut
    aussi être un moyen d’améliorer le quotidien… Le petit garçon n’accepte pas son sort, il fait tout pour que leur situation s’améliore, sa grand-mère continue à travailler (et c’est pas un boulot
    facile)… Tokunaga voit la vie du bon côté, et est heureux dès que quelque chose de bien arrive dans leur vie, même le moindre légume, et c’est cette humeur optimiste qui est agréable, je
    trouve.

    Et puis ce manga est une adaptation d’une autobio à succès au Japon, donc je ne vois pas de misérabilisme dans cette série, seulement un certain réalisme dans le situation qui a pu exister dans les
    campagnes japonaises des années 1950.

    A bientôt de te lire !

  2. Yaneck Chareyre24/03/2010 21:14

    Je trouve quand même qu’il n’y a guère de critique de la pauvreté, dans ce manga. C’est très japonais, ceci dit, de ne pas s’élever contre l’ordre des choses, et en soit, c’est logique. Mais mon
    regard d’occidental, d’occidental engagé qui plus est, se trouve un peu agressé par cette vision idéale et gentille.

    N’empêche, j’ai le chic pour lancer les débats, ce qu’on va essayer de faire sur kbd ^^

  3. valérie24/03/2010 20:24
    Je ne suis pas tout à fait d’accord avec toi. Je ne l’ai pas pirs comme un hymne à la résignation mais comme la nostalgie d’un temps passé où les liens affectifs sont plus forts que les richesses
    matérielles. Ou alors, je suis un mouton qui s’ignore car j’ai beaucoup aimé ce manga.

  4. Yaneck Chareyre24/03/2010 21:17

    Mon côté « rebelle » est assez prononcé, je dois dire. Et vraiment, je me sens perturbé par ce manga. Je n’aime pas le fonds de ce que je lis. Même si ça reste un manga sympa.

  5. Choco08/04/2010 20:26
    Ton analyse est intéressante, je ne l’avais pas vu comme ça. Même si je n’y ai pas vu non plus d’hymne au laissez-faire et à la pauvreté, je comprends très bien ce que tu veux dire. C’est vrai que
    les japonais ont ce côté un peu résigné et ne se rebellent pas trop contre le système. En y réfléchissant, ça me fait penser aux indiens (d’inde) qui, à cause de leur croyance en la réincarnation,
    se contente aussi de leur statut, de leur caste et de leur pauvreté eventuelle, conséquences des mauvaises actions de leur vie passé. Bon rien à voir ici. Mais peut-être que l’animisme, qu’on
    trouve pas mal au Japon, fait que les gens apprécient plus la nature et ce qu’elle leur offre, à profiter des petits moments de bonheur quotidien. Vaste question en tout cas !

  6. Yaneck Chareyre08/04/2010 22:44

    Oui, j’aime bien ne pas me départir de mon filtre politique dans mes lectures et mes chroniques, ça peut donner lieu à des questionnements intéressants parfois.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s