Icare (Semaine manga)

IcareTitre: Icare
Scénariste: Moebius
Dessinateur: Jirô Taniguchi
Editeur VF: Kana
Editeur VO: Bijutsu Shuppan-Sha, Ltd.

Non, je n’ai pas encore épuisé tout le stock des publications françaises de Jiro Taniguchi, alors quand j’ai pu trouver en bibliothèque, cette collaboration avec Moebius, croyez bien que je n’ai pas hésité une seconde.

Quand un enfant né, dans un Japon légèrement futuriste, et qu’il s’avère qu’il défie naturellement les lois de l’apesanteur, l’armée japonaise décide de lui mettre le grappin dessus. Renommé Icare, il va être étudié, formé, pour devenir une des prochaines armes du pays. Mais dès qu’il s’agit d’humain, rien n’est jamais sûr.

Du potentiel, assurément, totalement réalisé dans ces pages, je ne pense pas.
Il faut quand même dire que c’est un projet qui a pris très longtemps pour aboutir, et qui n’a pas abouti exactement comme Moebius l’avait prévu. Il avait rédigé avec un collaborateur une grande saga, destinée à être dessinée par un Japonais, et publiée là-bas. Mais après passages chez les éditeurs, la fresque a été confiée à Taniguchi avec pour mission de l’adapter réellement au public japonais, et nous voilà avec cette version courte un peu insatisfaisante. Encore plus pour nous lecteurs français, car l’éditeur, Kana, a rajouté à son édition une interview du scénariste, qui nous permet de mieux comprendre pourquoi on avait ce sentiment de frustration. Taniguchi a laissé trop d’éléments posés par Moebius, qu’il a allégé, et qui donc ne prennent plus de sens. Exemple, le personnage du Général, visiblement, dans les premières cases, lesbienne et sado-masochiste, n’est pas compréhensible dans cette version. Mais quand Moebius vous explique qu’il avait l’intention de faire de ce personnage « sexuel » un antagoniste fort à Icare, qui lui n’a jamais connu ça, ça se comprend mieux. En l’état, ça fait juste sexe gratuit pour attirer les puceaux. Et surtout, c’est toute l’histoire qui fait trop rapide, qui nous donne l’impression qu’il manque des choses. Logique, encore une fois. C’est bel et bien le cas.

Est-ce que ce livre est à jeter, non, sans doute pas. L’histoire reste très sympathique (faute de mieux), et Jirô Taniguchi assure pleinement dans un registre assez différent de ce qu’il fait d’habitude, la science-fiction. Rien à lui reprocher dans sa tâche de dessinateur.
On ne pourra donc que regretter que les choses ne soient pas allées plus loin, que les japonais n’aient pas fait un meilleur accueil à notre scénariste mythique.
Cela aurait pu être grandiose.

 

Une réflexion sur “Icare (Semaine manga)

  1. Violette Il y a 2 ans

    viens de le lire et je suis tout à fait de ton avis. J’ai aimé l’histoire mais j’ai trouvé beaucoup d’éléments -notamment dans le clan ennemi- complètement incongrus!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s