Batman: The Killing Joke (Mardi chronique)

the-killing-joke
Titre: The Killing Joke
Scénariste: Alan Moore
Dessinateur: Brian Bolland
Editeur VF: Panini Comics
Editeur VO: DC Comics

Ce titre fait partie des grands classiques de l’univers du Chevalier Noir Batman. On peut remercier Panini de nous proposer cette VF de bonne qualité.
Batman se rend à l’asile d’Arkham pour parler avec le Joker, pour essayer de le faire progresser, sortir un peu de sa folie. Mais Batman n’a en face de lui qu’un comédien. Le véritable Joker s’est échappé, et il projette un nouveau plan horrible. Et pour cela il a besoin de deux appâts: le commissaire Gordon, et sa fille Barbara.

The killing joke est une référence, pour deux raisons. D’abord, parce qu’il s’intéresse aux origines du Joker, restées jusque là assez nébuleuses, mais surtout, parce que cette histoire montre bien toute la perversité et la violence du super-vilain. Rarement un auteur n’était allé jusque là avec de personnage. Imaginez le blesser très gravement Barbara Gordon, avant de la déshabiller et de la prendre en photo pour faire perdre la tête à son père. On ne voit pas précisément les photos, mais ce qui est entendu, c’est que le Joker ait aussi violée la jeune femme. Je vous le disais, Alan Moore est allé loin dans le glauque. Mais il faut bien reconnaître qu’il a renforcé ce personnage, qui était tout sauf simplement un clown raté et un peu fêlé. C’est avec ce genre d’actes qu’il est évident que le Joker est le pire ennemi de Batman.
D’ailleurs, Alan Moore en profite pour rappeler combien Batman et son ennemi sont proches. Et d’une certaine façon, je dirai qu’avec Gordon, ils forment un parfait trio. Gordon, c’est la raison, et la Loi. Le Joker, la folie et le crime. Et reste Batman, qui évolue entre ces deux pôles. Tantôt plus inspiré par Gordon, tantôt complètement paranoïaque et presque fou. La blague finale du livre en est une bonne illustration.

Histoire courte, mais histoire de référence, les amateurs du Caped Crusader ne doivent pas passer à côté de cet ouvrage.

killingjoke2

5 réflexions sur “Batman: The Killing Joke (Mardi chronique)

  1. samom Il y a 4 ans

    Petit message à tous mes lecteurs (ce message je vais le poster partout où je le peux)

    Ces derniers temps (mis à part les photos mystères) je ne vous ai pas consacré beaucoup de temps. Et je le regrette car j’apprécie beaucoup ce que vous faites.

    Mais j’avais un examen professionnel qui me prenait franchement la tête (révisions nocturnes, stress, pression etc….)

    J’ai même freiné grave côté cinéma

    Maintenant que c’est derrière moi je vais reprendre un rythme de lecture régulier et réagir à vos chroniques qui ne manqueront pas de m’intéresser

    J’espère ne pas vous avoir déçu.

    Samom.

  2. Mikael Il y a 2 ans

    A noter que pour cet album, on se situe à mi-chemin entre les codes européens et les codes des comics américains pour ce qui est des dessins et de la mise en page. D’habitude, je n’apprécie pas le
    dessin des comics. Ici, il est différent. Des risques ont été pris par rapport à la narration, et ces même risques ont été pris dans le dessin. Bref un vrai album à lire et à regarder.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s