Le groom Vert-de-gris (Samedi Chronique)

spirou-le-groom-vert-de-gris

Série: Une aventure de Spirou et Fantasio

Titre: Le groom Vert-de-gris

Scénariste: Yann

Dessinateur: Olivier Schwartz

Coloriste: Laurence Croix

Editeur: Dupuis

 

 

Cet album ne fait pas partie de la série principale Spirou et Fantasio. Elle fait partie au contraire de la série de one-shots voulus par Dupuis, afin de pouvoir tout de même laisser quelques cartes blanches aux artistes sur ces personnages.

D’une certaine façon, nous avons tout de même là une suite, celle du Journal d’un ingénu d’Emile Bravo. La seconde guerre mondiale a commencée, et la Belgique a été envahie par les allemands. Spirou travaille à la Kommandantur. Enfin, à l’hôtel Moustique, comme avant, mais réquisitionné par l’occupant. Cela déplaît fortement à son ami Fantasio qui le traite de collabo. Mais Spirou ne peut pas lui dire qu’il est en fait impliqué dans la résistance pour laquelle il espionne les officiers présents dans l’hôtel.

Un très bon album, c’est certain, car il fait la part belle à l’histoire de la Belgique dans la seconde guerre mondiale. Bien entendu, de nombreuses péripéties ont été rajoutées, mais on a tout de même pas mal d’éléments sur la vie à cette époque dans le pays. Donc en soit, c’est déjà très intéressant. Bon, je dois avouer qu’après, le côté « patois belge » m’énerve un peu, et que je n’avais pas vu Spirou comme un belge. Comme cet album marque beaucoup cet état de fait, une part de moi se retrouve quand même gênée.

Mais bref. Derrière ce dessin un peu « enfantin », Yann développe de vrais thématiques fortes, et même parfois dures. Il fait fort bien passer des choses comme la torture ou les punitions de femmes ayant couché avec l’occupant. C’est donc une vraie réussite.

Après, bien entendu, on retrouve la fougue, le dynamisme, des deux compères, dans cette aventure. Même s’ils sont séparés une bonne partie de l’album. En tous cas, il est certain que l’on ne s’ennuie pas une seconde.

Dernière chose, j’aime bien les nombreux clins d’oeil qui sont faits dans l’album, surtout à Tintin, qui, d’une certaine manière, devient presque une partie de l’univers de Spirou. Comme s’il y avait un univers commun entre les deux héros. Ce n’est bien entendu pas le cas, mais par l’apparition d’une des machines folles de Tournesol, par la vente de la Licorne sur le marché, on sent quand même l’envie des auteurs de rendre hommage à ce grand personnage. A ce petit jeu, on reconnaît aussi Francis Blake, le personnage d’Edgar P Jacobs. Et sans doute d’autres clins d’œil que je ne vois pas.

Spirou_le_Groom_vert_de_gris_p1

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s