L’âme du Kyudo (Samedi chronique)

L-ame-du-kyudoTitre: L’âme du Kyudo
Auteur: Hirata Hiroshi
Editeur VF: Delcourt
Date de publication VF: Juin 2007

C’est un peu faux, quand je dis dans les listes de sorties, que je ne connais rien au manga. Je ne connais rien à l’immense masse de papier qui terminera au recyclage dans quelques mois. Par contre, pour ce qui est des véritables oeuvres, avec du fond, c’est tout à fait autre chose. Là, j’ai tout de même un peu plus de connaissances. L’âme du Kyudo est de celles-ci. Ce manga est, comme son nom l’indique, consacré à l’art du tir à l’arc au Japon. Et plus particulièrement, à un évènement historique qui a bien eu lieu, le Tôshiya.

Cette épreuve, consistait à faire passer en une journée un maximum de flèches, à travers la galerie couverte d’un temple. Une galerie d’un peu plus de 120 mètres. Et le plus de flèches possibles devaient se planter à son bout.
Ce manga raconte donc comment les samouraïs se sont affrontés pour devenir le « premier sous le ciel ». Et comment les peuples ont été pressurés, parfois, pour obtenir ce titre envié. Nous suivons les aventures de Kanzahemon, petit samouraï de la plus basse extraction possible, orphelin, qui cherchera à monter dans la hiérarchie sociale à travers le Toshiya. Nous suivons son entraînement, ses illusions, ses doutes, ses échecs, et ses illuminations.  Car comme toute voie, celle de l’arc permet de faire progresser l’homme.

J’ai beaucoup apprecié cette histoire. Au delà d’un certain côté répétitif, dans le bal des archers qui se succèdent au Toshiya, c’est plus la critique sociale qui m’a intéressée. Celle d’une société dont certains membres les plus bas commencent à comprendre qu’il ne peuvent y rester à jamais. Une certaine forme d’émancipation contre la société de castes, et contre la prédominance de la place sociale dans la société. On peut voir aujourd’hui combien cela demeure au Japon, puisque Google a du arrêter de diffuser des cartes de l’époque Tokugawa sur google Earth. Les emplacements des quartiers les plus pauvres de l’époque font des quartiers qui les recouvrent actuellement des espaces méprisés par certains.

L-ame-du-kyudo_planche

4 réflexions sur “L’âme du Kyudo (Samedi chronique)

  1. Niko Il y a 4 ans

    Hirata est un grand mangaka. Je l’ai découvert avec Satsuma en 6 tomes.
    Il faut absolument que je me procure L’ame du Kyudo et La force des Humbles, ses deux seules oeuvres que je n’ai pas encore ^^

  2. Niko Il y a 4 ans

    La force des Humbles c’est un autre gros pavé de Hirata ^^ Toujours avec le même thème récurrent de l’honneur et du code du bushido chez les samourais que ce soit au combat ou dans la vie de tout les jours.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s