7 Missionnaires

7-missionnairesTitre : 7 Missionnaires

Scénariste : Alain Ayroles

Dessinateur : Luigi Critone

Editeur : Delcourt

Collection : 7

Directeur de collection : David Chauvel

 

 

Cet album, 7 Missionnaires, fait partie d’une série de 7 albums, consacrés à 7 équipes de 7 personnages. Vous comprenez tout de suite mieux pourquoi cette ligne est nommée « 7 ». J’avais déjà dans ma bibliothèque personnelle « 7 Psychopathes », et je savais donc que cette ligne pouvait receler de bonnes choses. Je ne les ai pas tous pris, mais je laisse leurs univers me décider. Et là, en l’occurrence, ça parle de sept moines, tous dévoyés et représentant l’un des sept péchés capitaux. Une intrigue pareille, ça ne pouvait que me plaire.

 

Ces moines vivent au moyen-âge, dans les îles britanniques. Iles soumises aux visites régulières des pirates du Nord. Comme ce sont les monastères qui sont les plus grandes victimes de ces petites visites, c’est l’Eglise qui se saisie la première du problème. Elle envisage d’aller convertir un petit groupe de ces hommes installés sur une île proche des côtes. Cependant, étant donné la férocité des hommes en question, l’Eglise n’entend pas envoyer ses meilleurs agents.

C’est donc ce groupe de 7 moines complètement dévoyés qui devra s’y rendre. Entre cette mission et le bûcher, les pêcheurs n’hésitent pas un instant, d’autant plus qu’ils se voient promettre une récompense conséquente.

L’accueil sur place ne sera pas chaleureux, et les moines évitent de peu de revivre le supplice de Jésus.

 

Mais en jouant de leurs faiblesses, et en en faisant des forces, ils parviendront à se tirer d’affaire, et à remplir leur mission. Ils joueront aussi largement des croyances vikings, ainsi que des rivalités politiques de cette société où les chefs sont désignés par leurs hommes.

 

C’est une histoire très plaisante, avec de l’aventure, de l’humour, et une critique salée de l’évangélisation des peuples par la jeune Eglise Chrétienne. C’est tout à fait le genre de propos qui trouve écho en moi.

Je découvre le dessinateur, Luigi Critone, et j’apprécie beaucoup. Un style très réaliste auquel on ne saurait faire de critiques sévère. Pour une découverte, c’en est une bonne. Il est par ailleurs fort bien aidé par les couleurs de Lorenzo Pieri, qui conviennent idéalement au style de Critone.

topbd_201314/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s