Black Hole

Black Hole

Titre : Black Hole

Auteur : Charles Burns

Editeur VO : Pantheon Books

Editeur VF : Delcourt

 

Le comics américain, ce n’est pas seulement un ramassis de mecs body-buildés en collant de lycra qui se cognent avec vigueur. C’est largement cela, mais pas que.

De même que la bd Franco-belge connaît autant Lanfeust de Troy que les ouvrages de Fabrice Neaud, les comics sont aussi des ouvrages comme Black Hole. Du noir et blanc, une petite diffusion, et un thème à des kilomètres du thème du surhomme cher à Nietzsche.

 

Black Hole, c’est étrange, c’est déroutant. En toute sincérité, je ne sais pas tellement qu’en penser. L’histoire, c’est une épidémie étrange, démoniaque, qui touche des lycéens américains dans les années 70. C’est très sombre, très glauque, très dérangeant.

Je m’interroge, mais je vois plutôt derrière cette histoire « ésotérique » une certaine parabole. A mon avis, cette maladie, c’est le SIDA.

 

Alors peut-être que certain vont me dire que je viens d’inventer l’eau tiède, mais je n’ai rien lu sur l’ouvrage de Charles Burns. Je l’ai  pris car je le connaissais de nom et de réputation. Mais donc je pense y voir cette parabole. Une maladie qui touche les jeunes, qui se transmet sexuellement, qui peut avoir des conséquences physiques (l’amaigrissement dans le cas du SIDA), et dont on ne pouvait parler à personne, je trouve que ça colle assez bien.

Je trouve assez bien traitée cette maladie. On peut deviner des choses, mais le thème premier, c’est une maladie fantastique et maléfique. Rien de réel, rien de normal.

 

Ce n’est pas une bande dessinée facile d’accès. Elle méritera sans doute que je la relise.

C’est spécial, tentez donc votre chance…

5 réflexions sur “Black Hole

  1. Buty Il y a 6 ans Répondre
    C’et amusant que tu précises ça surle comics alors que c’est toi qi m’as fait découvrir les « bons » comics, ie à message derrière (voire à message sympa, Red Star …)

  2. jeangs Il y a 6 ans Répondre
    erreur de ma part, je n’ai pas fait d’article sur cette superbe BD ; ce qui ne m’empêche pas de me joindre à l’enthousiasme général pour l’a recommander chaudement.

  3. jean-françois Il y a 6 ans Répondre
    Plutôt qu’une métaphore, je dirais, vu le contexte des années 1970, une prémonition…
    Ecrite et dessinée dans les années 1990, cette BD évoque clairement les seventies mais avec un décalage que l’expérience du SIDA a provoqué. Comme si la libération sexuelle dans l’Amérique pudibonde ne pouvait avoir une autre issue (comme une sorte de châtiment divin) sauf que là, Charles Burns retourne la sanction religieuse en proposant une vision horrifique et fantastique, sur fond de critique sociale.

    Ton blog est très chouette, à bientôt…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s