Les mauvaises gens

les-mauvaises-gens

Titre : Les mauvaises gens- Une histoire de militants

Auteur : Etienne Davodeau

Editeur : Delcourt

 

Etienne Davodeau fait partie de mes auteurs favoris, dans la bande dessinée franco-belge. Les choix qu’il fait, sur les scénarios qu’il écrit, ou sur ceux qu’il choisit d’illustrer, sont toujours pertinents, et m’intéressent à chaque fois. Bon, en fait, il y a un ouvrage, « Le Constat », que je n’ai pas trop compris, je vous en reparlerai une autre fois.

Ce que j’aime chez Davodeau, c’est d’abord qu’il soit de gauche et qu’il l’affirme dans ses écrits. Je suis de gauche aussi (forcément, si j’étais de droite, ses vues m’horripileraient), et je retrouve chez lui les éléments d’une culture commune (de classe, aurions nous dit il y a une vingtaine d’années encore), fondamentale, au peuple de gauche. C’était typiquement vrai avec « Un homme est mort », ça l’est tout autant avec cet ouvrage antérieur, « Les mauvaises gens ».

 

Cet album, c’est l’histoire des parents d’Etienne Davodeau. L’auteur reprend d’une certaine façon son rôle de journaliste, ou de scribe de la mémoire, qu’il avait déjà tenu avec « Rural ». Par l’exemple de ses parents, c’est toute l’histoire d’une partie de la gauche, catholique et non-communiste, qu’il nous brosse.

Maurice et Marie-Jo sont issus des Mauges, une région située aux alentours d’Anger. Une région où la puissance de l’Eglise catholique dans la société est l’un des piliers de la vie publique. Une région où le mot révolte est un gros mot. Et pourtant, c’est dans cette région, entre autre, que vont s’implanter des curés aux idées progressistes, conscients de l’importance du travail social. Maurice et Marie-Jo seront membres de la JOC (JOCF pour elle), de la CFDT, et du nouveau Parti Socialiste de François Mitterrand. Ces gens mêlent au mieux leur foi catholique et leur désir de changer le monde.

Davodeau ne nous cache pas grand-chose de cet aspect là de la vie de ses parents, et leur exemple est extrêmement important pour montrer aujourd’hui au peuple de gauche que c’est dans l’union et dans le combat quotidien que se trouve la clé.

 

Ceux qui me connaissent s’étonneront déjà, à la lecture de ces lignes. Comment le « bouffe-curé » que je suis peut-il écrire de longues lignes sans médire une seule fois sur l’Eglise ?

A ceux là, je dis : ne vous en faites pas, ça vient.

Contrairement aux deux « héros » de ce livre, pour moi, l’Eglise est une institution archaïque, conservatrice, du côté des possédants, et le peuple n’a rien à en tirer de bon. D’une certaine façon, le livre soulève la question, car tous les prêtres qui auront essayé de suivre une voie un peu plus « sociale » auront du le payer auprès de leur hiérarchie intolérante. Je ne suis pas marxiste pour rien, et la religion « opium du peuple », cela a un sens.

Mais, il faut bien reconnaître que ce catholicisme social fût le seul moyen, dans les régions où l’Eglise était forte, pour prendre la voie du Changement. Et à l’époque (soit avant qu’elle ne trahisse les salariés), la CFDT avait encore un peu de sens, et encore une place parmi les syndicats de travailleurs. (Oui, moi je suis cgtiste lol) C’est encore préférable, plutôt que d’imaginer ces personnes toujours sous la coupe des valeurs de soumission complète transmises par l’Eglise catholique.

 

Ainsi donc, « Les mauvaises gens » est un ouvrage qui provoque le débat, qui interpelle, qui rappelle aussi quels sont les héritages de la gauche actuelle.

6 réflexions sur “Les mauvaises gens

  1. Yaneck Il y a 6 ans

    C’est en partie ça.
    Si tu veux plus retrouver ce côté « reportage », je te conseille de lire -Rural- du même autur, au même éditeur, qui est encorep lus pousé dans cet état d’esprit là.

  2. zazimuth Il y a 5 ans

    J’ai découvert avec Davodeau un genre de BD-reportage-témoignage que j’ai trouvé très intéressant. J’ai toutefois préféré le titre « Rural ! »

  3. Yaneck Chareyre Il y a 5 ans

    Rural est vraiment plus accès reportage, en effet. D’une certaine façon, les Mauvaises gens, c’est de l’autobiographie…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s