Les Classiques Du Franco-Belge Face Au Temps

classiques

 

Un donneur de leçon de mes amis (ce dernier terme n’étant pas ironique), a fort peu goûté la pique que j’ai lancé à la fin d’un article sur mon blog cinéma, consacré au film Astérix aux Jeux Olympique.

Il n’a pas apprécié du tout l’emploi du mot « insipide » pour décrire les derniers albums d’Uderzo. Je n’ai pas développé la pique sur l’article ciné, mais la discussion houleuse qui s’ensuivit, me donna idée d’un article, pour ce blog là, de bande dessinée.

 

Plus que d’Uderzo et d’Astérix, ce sont des grands classiques de la BD Franco-belge, dont je vais vous parler là : Astérix, Lucky Luke, les Tuniques Bleues, Thorgal, Spirou, entre autre.

Que puis-je reprocher à ces séries ? D’abord, je ne les mets pas toutes sur le même plan, et vous allez voir pourquoi.

 

 

 

Il y a, dans la bd européenne, un manque, il me semble, vis-à-vis de la BD américaine. Aux Etats-Unis (et l’on pourrait dire bien du mal du système américain, mais tel n’est pas l’objet de cet article), il est accepté couramment, que des auteurs différents puissent apporter des visions différentes et intéressantes à un même personnage. En gros, quand une équipe d’auteurs n’a plus rien à dire, elle n’hésite pas à laisser la place à une autre (souvent, les équipes se font virer, mais tel n’est pas l’objet du débat). Pour ceux à qui cela parle, on pourra parler de Kurt Busiek sur les Thunderbolts, ou de bien d’autres.

 

Mais tel n’est pas le cas en Europe. Ce qui fait que nous avons des séries populaires et quinquagénaires, qui paraissent toujours, avec les mêmes auteurs à la barre, complète ou incomplète, suivant si le scénariste est mort ou pas. Astérix, les Tuniques bleues, entrent dans cette catégorie. Thorgal y entrait encore, jusqu’à il y a peu.

Quel est donc mon souci avec ça ? En quoi cela me dérange-t-il ?

Pour faire simple, je pense qu’après 50 albums, un scénariste a le droit de ne plus rien avoir à dire. Un scénariste reste un homme comme les autres, et peut tout à fait avoir fait le tour, suivant ses capacités, du sujet qu’il traite. Mais, malheureusement, par habitude, par souci de profit, ou par aveuglement, certains continuent toujours sur leur lancée, et produisent des albums creux et guères intéressants.

Mon ami m’a rappelé, lorsque je lui ai évoqué ce fait, que ces albums que je juge sévèrement, se vendent particulièrement bien, pour certain ça se compte en millions d’exemplaires. Mais c’est qu’au-delà de la qualité intrinsèque de l’album, le lecteur veut autre chose. Il veut de la nostalgie, il veut du rituel. Souvenez-vous de cette chanson de Renaud « La mère à titi », dans laquelle il décrivait l’appartement d’une vieille dame modeste, qui possédait chez elle un exemplaire du Grand Meaulne, un de ces romans qu’il fallait avoir pour faire bien, mais dont le contenu n’était pas intéressant pour lui-même. Les Astérix, les Thorgal, les Tuniques bleues, sont des albums qui entrent dans cette catégorie. Voilà cinquante ans que les enfants grandissent avec, ou les adolescents, et qu’ils sont devenus des adultes, voir des personnes un peu plus âgées que cela. Quand ils achètent un Astérix, aujourd’hui, ils achètent une part de leur enfance, ce souvenir qu’ils ont de lectures passionnées, qui, à la bibliothèque, qui dans le magazine Pilote (Matin, quel journal), ou que sais-je encore.

La qualité de l’histoire est accessoire. On la pardonne facilement, on se fait le regard moins critique. Car comment critiquer ce personnage qui nous donna tant de plaisirs étant enfant ?

Voilà comment on se retrouve avec un album comme Astérix et Latraviata, creux, vu et revu, ou Requiem pour un bleu, et ses multiples planches copiées intégralement.

 

Nous avons là des séries dont les scénarios sont indignes de ce qu’ils ont été par le passé, mais dont les auteurs persévèrent sur leur lancée.

Pour anecdote, je me souviens d’une séance de dédicace où je rencontrais Raoul Cauvin, scénariste, entre autre, des Tuniques bleues. Je lui demandais, sur le ton de la rigolade, s’il emmènerait un jour ses personnages sur le chemin de la paix. J’ai vu son regard se glacer, et outré, m’a répondu que c’était absolument impossible, que cela signifierait la fin de la série. Pourtant, quand on voit les derniers Tuniques Bleues, on en serait presque à souhaiter, pour qui ne met pas d’émotionnel derrière sa lecture, à ce que la série s’arrête.

 

 

 

Ou alors, évolue.

Car oui, même une série franco-belge peut évoluer, changer d’auteurs, et proposer toujours de nouvelles choses. Le cas le plus récent concerne Thorgal, série pour laquelle son scénariste et co-créateur, Jean Van Hamme, a estimé ne plus rien avoir à dire. Il a laissé sa place à un nouveau scénariste, pour faire prendre à sa série une nouvelle direction, qui sortirait des sentiers explorés depuis vingt-neuf albums. Je dois avouer qu’à l’annonce de cette nouvelle, j’en fus très agréablement surpris.

Mais Thorgal n’est pas le seul. Boule et Bill a été repris, depuis plusieurs albums par Martin Verron, qui propose là encore des visions différentes de l’auteur décédé, Roba.

Que dire de Lucky Luke, dont la reprise par Achdé et Laurent Gerra, mis fin à plusieurs albums soporifiques du genre de « l’Artiste Peintre », scénarisé par Bob de Groot, et dont le deuxième opus, « La corde au cou », a reçu d’excellentes critiques ?

L’ancêtre, dans cette configuration, est sans nul doute Spirou. Cette série a connu de multiples équipes créatives, qui chacune a donné d’excellentes histoires pour le groom. Pour ma part, par exemple, je reste extrêmement attaché à la vision donné par Tome et Janry, dans l’album prodigieux « Machine qui rêve », qui mena les personnages dans un univers beaucoup plus adulte, qui me convenait à merveille. Bon, depuis je boycott la suite de Spirou, mais non pas à cause des nouveaux auteurs, mais à cause des éditeurs qui virèrent Tome et Janry malgré leur succès.

 

Tous ces exemples pour montrer qu’à partir du moment où les auteurs acceptent de reconnaître leurs limites, la qualité est souvent au rendez-vous. On n’est jamais à l’abri d’un échec, mais dans l’ensemble, on a pas à se plaindre de la reprise d’une série ancienne.

Parfois il faut un peu de temps, comme Alix et son nouveau dessinateur, Christophe Simon, qui a remplacé un Rafael Morales choisit par le maître Jacques Martin, mais finalement peu convaincant.

 

Ainsi donc, je milite activement pour qu’Uderzo arrête le scénario, se trouve un auteur qui puisse renouer avec la qualité et permettre aux fans de mêler à la fois nostalgie et plaisir de lire.

8 réflexions sur “Les Classiques Du Franco-Belge Face Au Temps

  1. Dimitri Il y a 6 ans Répondre
    bon article, j’aurai dit excellent si tu n’avais pas mélangé le changement d’équipe avec les reprises.
    En france, a de tres rare exception pres ( Thorgal, mais je suis pas certain qu’on gagne à passer de van hamme à sente), ce n’est pas un changement d’équipe, mais des reprises, c’est à dire apres la mort des auteurs, lorsque c’est les ayants droits qui veulent de l’argent ou l’éditeur qui choisit de faire la reprise, et dans ce cas là cela donne Lucky Luke ( avec le tres mauvais scénariste Gerra ).
    Pour les tuniques bleus, le dessinateur a changeait en court de route mais à cause de la mort du premier. le scénariste étant toujours le meme ( malheureusement on pourrais dire ).
    En france ( et blegique ) il n’y a pas de vrai changement d’équipe et c’est impossible puisque la série appartient aux auteurs pas à l’éditeur….

  2. alan Il y a 6 ans Répondre
    Alors, justement, Spirou appartient à Dupuis, qui encourage dernièrement moultes reprises, assez interessantes (mais qu’ils virent Morvan bon sang !).

    Et effectivement, un auteur devrait avoir le courage (prendre le risque financier) de tuer son Lapinot. Parce que, quand on regarde les meilleures ventes d’album BD, on trouve exclusivement des séries. Et les mangas j’vous dis pas. Donc un auteur à tout intérêt à poursuivre une série ad vitam… Pour revenir sur Trondheim, je crois vraiment qu’il devrait arrêter son Donjon !!

    Et les lecteurs devraient aussi réussir à faire leur deuil d’une série qui part en couille ! (une couille ?)

    Mais Lucky « pas si chanceux que ça » Luke et Asterix ont patis du changement d’équipe ! La mort n’est pas une si bonne collaboratrice que ça. Gerra nul, peut-être, mais même les précédents, y compris Yann, Léturgie et Vidal (le monsieur Poisson pilote !)

    Je cherche une serie à qui une reprise aurait été bénéfique… Barbe rouge qui regonfle ses voiles avec Perissin suite au naufrage de Gaty ?

    Et puis quel interet ? Que Juillard arrête ses bêtises de B&M (et son affreuse collaboration d’avec Christin !) pour faire des choses plus perso, et tellement mieux !!!

  3. Arsinoé Il y a 6 ans Répondre
    Le problème d’Astérix est le décès du scénariste qui était dans le duo le grand bonhomme, ce qui n’enlève rien au coup de crayon de Gosciny. Uderzo était un vrai grand de la littérature française du XXe et il l’a prouvé également avec le Petit Nicolas même si tous cela a lieu dans le genre « mineur » de la littérature pour jeune

  4. Gilles Il y a 6 ans Répondre
    Je ne peux qu’approuver, particulièrement au sujet d’Astérix (que j’avais également évoqué sur mon blog). Dommage qu’Uderzo ne veuille pas faire appel à d’autres scénaristes, je suis certain qu’il y a beaucoup de talents qui relèveraient le défi avec brio. Bien sûr, cela signifierait partager le considérable gâteau des royalties…
    J’avoue avoir été déçu par la reprise de Thorgal, j’espère que ce n’est qu’un galop d’essai et qu’Yves Sente trouvera son propre ton.
    Quant à Spirou, j’avoue également avoir un petit faible pour « Machine qui Rêve », le premier album de la série qui me motiva suffisamment pour l’acheter (même si j’ai bien envie maintenant de me plonger dans la période Franquin).

  5. deadpool_az Il y a 6 ans Répondre
    Sympathique débat que voila…
    Est-ce que le franco-belge classique devrait changer de « team » dès qu’il n’a plus rien à dire ou continuer éperdumment avec la même équipe créative?
    Pour moi il n’y a pas photos, ce n’est pas pour rien que Spirou atteind une telle qualité sur la longue durée par rapport aux autres séries: période Franquin (et Will, Roba, Jidéhem, Greg…), Fournier, Tome & Janry, à chaque période sa vision différente des choses et sa sensibilité (même si T&J ont repris les thèmes de Franquin, un peu comme Don Rosa par rapport à Carl Barks sur Picsou).
    Cauvin sur les Tuniques Bleues, Van Hamme sur Thorgal, Uderzo sur Astérix n’ont plus rien à redire et ça se ressent.
    Pour moi il faudrait soit passer le relai etpasser totalement à autre chose sur la série, ou faire appel à des passionés qui sauront renouveller la série tout en gardant l’esprit que l’auteur tient visiblement à sauvegarder, comme Verron pour Boule et Bill ou l’équipe des Schtroumpfs, qui même si c’est quand même moins bien que maître Peyo, essaye de faire perdurer l’esprit des Schtroumpfs.

  6. Loula Il y a 6 ans Répondre
    J’aurais voulu ajouter cet aspect au débat : le fait que les séries même en devenant mauvaises continuent à avoir du succès peut aussi s’expliquer tout simplement. Ce sont souvent des séries pour jeunes (au sens large du terme, même si à 30 ans je ne me met plus dedans) et c’est nous, une fois grand qui nous rendons compte que ça devient mauvais. les jeunes ne s’en rendent pas compte tout simplement parce qu’ils sont dans une logique de série où retrouver toujours les mêmes héros est rassurant. En grandissant,on se rend compte que les nouveaux épisodes sont mauvais et on relis avec plaisir les anciens. Dans quelle mesure les anciens sont-ils bons et dans quelle mesure les relis t-on avec ce qu’on avait projeté dessus quand on était ado?
    Si le succès de ces séries ne se dément pas malgré leur déclin, c’est aussi parce que leur public se renouvelle. Il n’y a donc pas de snobisme à considérer qu’elles sont devenues mauvaises malgré leur succès!

  7. Mirbel Il y a 6 ans Répondre
    Je suis bien d’accord avec cet article, surtout pour Astérix. Depuis la disparition de Gosciny, les albums sont insignifiants. Uderzo, excellent dessinateur, n’est pas un bon scénariste. Il n’y a pas de honte à le reconnaître. Une autre série qui a ressucité de ces cendres est Blake et Mortimer. Nouvelles équipes, nouvelles idées, et c’est plutôt pas mal réussi.

  8. Yaneck Chareyre Il y a 6 ans Répondre

    Je n’ai pas du tout suivi la relance de Black et Mortimer. Il semble en effet que ce soit une réussite. Tout du moins, je n’ai pas encore trop vu de détracteurs de ces albums.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s